AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
100 Hebergeur d'image

Partagez|

Les prières sont elles entendues ? (PV Mélira S.)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Fiona
Sorcière d'Irianeth
avatar

Messages postés : 465
Date d'inscription : 09/02/2012
Âge : 24
Localisation : devant mon ordi (parce que derrière ça marche pas bien)

MessageSujet: Les prières sont elles entendues ? (PV Mélira S.) Lun 4 Fév - 18:23

    Quand notre cœur est étreint par l’angoisse, l’inquiétude, le doute il n’y a qu’une solution, à mes yeux, pour retrouver cette paix intérieure qui nous rend si serein. Alors, ce matin, sans même prendre la peine de me renseigner sur ce qu’on attendait de moi pour la journée j’ai quitté la forteresse. Il y a certaines étapes que je me fais un devoir de respecter chaque fois que je veux me recueillir. La première est de ne pas parasiter mon esprit, j’ai donc pour règles d’or d’éviter tout contact avec qui que ce soit avant d’aller prier, histoire de ne pas penser aux soucis des autres. L’étape suivante, c’est mon père qui me l’a enseigné enfant. Il m’a toujours répété qu’avant toute prière il faut se purger de tous sentiments négatifs et faire le vide. Chaque personne à sa manière propre pour y parvenir, dans mon cas je dois chasser, la traque puis la mise à mort de ma proie sont pour moi des exutoires parfait pour me vider de tous sentiments parasites. Du coup je quitte la forteresse direction la forêt. Après une heure de traque silencieuse et éprouvante pour les nerfs mon poignard file se ficher dans la nuque d’un lièvre. Pas besoin de tuer un gros animal, surtout que je ne vais pas le manger ce serais donc du gâchis. Je récupère la dépouille de ma proie et la dépose dans des fourrées, elle fera le bonheur d’un carnassier. Reste donc la dernière étape, la purification. Je retire mes vêtements sans gêne et me glisse dans l’eau fraiche d’une rivière. Je reste dans l’eau jusqu’à être transit, alors seulement je remonte sur la berge, j’enfile prestement mon pantalon de cuir noir, mes cuissardes, elles aussi noires. Elles montent jusqu’à mes genoux et se noue derrière les mollet. Cela fait je remets ma tunique bleu roi, elle me descend sous les fesses et est exempte de manche. Pour finir je boucle ma ceinture de cuir noir autour de ma taille et vérifie que mon poignard coulisse bien dans son fourreau. Bien, je suis prête.

    Pour moi ni temple, ni statut de Déité. La déesse que je vénère depuis enfin n’est pas de celle que les Tanieth prient. Il parait qu’elle est surtout vénérée sur l’un des territoires d’Enkidiev, dans ma famille son culte se transmet de mère en fille depuis bien des générations, ainsi j’en ai déduit que mes ancêtres lointain devait être originaire d’Enkidiev, ça ne me dérange pas je reste une Tanieth malgré tout. Bref, je me contente de revenir en lisière de forêt et m’assoit en tailleur, dos contre un chêne. Mains posé sur mes genoux, paupières closes, je fais le vide dans ma tête. Alors je me mets à réciter ma prière mentalement.


    « Oh déesse de l'immortalité, entendez ma supplique. Voilà des années que je vous suis fidèle, aujourd’hui plus que tout j’ai besoin que vous m’aidiez à retrouver la paix et à chasser ses interrogations qui me torture l’âme. »

    Les dieux ne répondent jamais, c’est bien connus, mais le simple fait de formuler cette demande m’aide, bien sûre si je pouvais réellement obtenir des réponses ainsi ce serait encore mieux. Je reste assise, yeux fermé et je répète mentalement ma supplique, inlassablement, plus parce que mes propres mots m’apaise que dans l’espoir d’avoir un signe à dire vrais, mais cela ne m’empêche pas d’être fidèle à cette Déesse. Au début je dois avouer que c’était surtout pour faire plaisir à ma mère, mais aujourd’hui c’est devenu un véritable culte.


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~



2 rose de Sirana
2 rose d'Yzaleen
1 rose de Syrianne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélira S.
Déesse Déchue
avatar

Messages postés : 111
Date d'inscription : 18/11/2012
Âge : 25

MessageSujet: Re: Les prières sont elles entendues ? (PV Mélira S.) Mar 5 Fév - 0:23

Au milieu de la forêt, elle vivait. Se faisant le moins remarquer possible, c'était une obligation. Certes, elle était à présent déchue, elle pouvait donc faire tout ce qu'elle voulait, d'une certaine façon. Malheureusement, ce n'était pas ainsi que son coeur le voyait, depuis quelques années déjà, elle habitait Irianeth à l'extérieur de la forteresse. La forêt était devenue sa demeure, son refuge. N'ayant plus accès au temple d'où elle provenait, elle se contentait d'une grotte caché par la végétation, écoutant en silence les prières qu'on lui destinait. Mais ce jour-là allait être différent. Le temps qu'elle détestait tant avait passé, de même que ces émotions si humaines, des sentiments accablants. Ses paupières s'ouvrirent, intriguée par des paroles si proches...

Sa voix résonnait dans la forêt, l'appelant comme le ferait une prière pourtant... Cette voix ne venait pas d'Enkidiev, ou plus précisément de Jade, mais bien d'Irianeth. De ses iris sanglants, elle observa la terre au-dessus d'elle. Le sentiment d'être enterrée vivante lui vint à l'esprit, mais elle ne réagit point à cette idée saugrenue, étant depuis belles lurettes habituée à cet environnement. Son buste se redressa alors que ses bras lui servirent d'appui sur le côté. Elle se déplaça doucement sur la droite afin de prendre une position assise et d'observer le vêtement de lin, lointain souvenir de Jade... Elle aurait bien aimé y retourner, mais il s'agirait de prendre un grand risque, ce dont elle n'avait pas envie.

Sa main se posa sur le tissu blanc avant de l'enfiler gracieusement. En quelques minutes, elle était déjà sortie de son antre. Elle paraissait bien frêle ainsi vue. Elle était consciente qu'elle n'avait pas de poitrine et que pour quelqu'un de sensé, elle n'était rien d'autre qu'une enfant, mais cela ne la dérangeait pas, au contraire... Tant que cela lui permettait de se faire une nouvelle vie, bien différente. Elle l'entendait dans sa tête tout en l'entendant dans l'air. La petite silhouette se mise donc à marcher silencieusement, sans faire de bruit.

Elle arriva finalement face à un grand arbre, la sagesse était ce qui représentait l'arbre sur Enkidiev, mais n'en connaissait point la représentation que lui donnaient les Tanieth. Ce n'est pourtant pas cela qui la fit ralentir. En effet, la voix s'était arrêté, signe que la prière était fini. Un petit sourire naquit sur son visage alors qu'elle se penchait doucement sur le côté afin de voir la personne qui s'avéra être une jeune femme. Son regard se fit des plus innocents alors que ses yeux se posèrent sur elle, une certaine curiosité lui prenant le ventre.
Quelles sont les interrogations que vous vous posez ?

Une simple question, mais au combien différente de ce qui aurait du sortir de sa bouche d'enfant. La divinité regarda la jeune humaine en attente d'une réponse qui ne viendrait peut-être pas. Pourtant, elle s'entêtait à rester là, sous la forme d'une enfant aux cheveux d'un bleuté grisâtre. Couleur qui signifiait la vieillesse pour certains, la sagesse pour d'autres, mais qui étions-nous pour ainsi choisir de quoi il en revenait ? C'est donc légèrement éloignée de l'arbre qu'elle attendit patiemment une réponse. Droite comme un pic tout en paraissant naturelle.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


    1 Rose de Syrianne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fiona
Sorcière d'Irianeth
avatar

Messages postés : 465
Date d'inscription : 09/02/2012
Âge : 24
Localisation : devant mon ordi (parce que derrière ça marche pas bien)

MessageSujet: Re: Les prières sont elles entendues ? (PV Mélira S.) Mar 5 Fév - 17:30

    Répéter la même phrase en boucle à un effet calmant, l’esprit ce retrouve focalisé sur les mots auquel on pense et rien d’autre, ainsi, je retrouve ma paix intérieur ne serais ce que pour un temps. Assise à même la terre, dos contre l’écorce du chêne, je me sens vivre. Ici pas de cliquetis incessant, pas de bruit d’armes qui s’entrechoquent pas de crie, pleurs ou que sais-je d’autre. Non, rien que des bruits naturel, un pic ver qui fait son trou dans un arbre, le vent dans les feuilles, un pinson qui chante une ode au soleil. Le bonheur quoi.
    Le temps passe et le ciel ne m’apportant aucunes réponses ma litanie commença à s’amenuiser, puis, tout naturellement, le silence vient. Seulement brisé par le chant des oiseaux et le souffle du vent dans les feuilles … Et autre chose. Gardant les paupières closent je laisse quelque seconde passer en écoutant cette respiration, lentement ma main glisse jusqu’au pommeau de mon poignard. Je pourrais tout aussi bien user de ma magie, mais j’avoue que sur l’instant je suis plus intrigué qu’effrayée, je veux tout de même être prête à me défendre si besoin est. Je m’apprête à l’arme de sa gaine lorsqu’une voie enfantine s’élève.


    - Quelles sont les interrogations que vous vous posez?

    Surprise par la question j’ouvre les yeux et tourne la tête. Mon regard accroche instantanément les yeux carmin de la fillette qui se tient non loin de moi. Une enfant ? Ici et sans surveillance … Ce n’est pas très prudent. Je l’observe un moment en silence, elle a une allure plutôt atypique. Ses grands yeux rouges déjà sont peu commun, mais aussi sa chevelure variant entre le bleu et le gris. Elle semble si frêle dans ses vêtements et en même temps elle dégage une aura étonnante. Est-ce une élève du château ou une apprentie sorcière ? Je ne pense pas l’avoir déjà vue au par avent pourtant. Mais elle a forcément des pouvoirs puisqu’elle sait à quoi je pensais quelques secondes plus tôt à peine. Un signe ? Peut-être.

    -« Des questions qui semblerais surement bien futile à quelqu’un de ton âge, je ne crois pas t’avoir déjà rencontré. Je m’appelle Fiona, je suis une sorcière et toi qui est tu ? »

    Je ne pense pas qu’une personne de son âge ait la sagesse permettant de me répondre, mais à défaut de preuve en ce sens je décide de voir ce que la suite donnera. Peut-être n’est-elle pas une enfant ordinaire.


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~



2 rose de Sirana
2 rose d'Yzaleen
1 rose de Syrianne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélira S.
Déesse Déchue
avatar

Messages postés : 111
Date d'inscription : 18/11/2012
Âge : 25

MessageSujet: Re: Les prières sont elles entendues ? (PV Mélira S.) Jeu 7 Fév - 7:10

[ Désolée, je change de temps de narrateur pour le «je». >< ]

Les questions semblaient parcourir son esprit alors qu'elle m'observait en silence. Je ne cherchai cependant pas à en connaître les détails en m'insinuant dans sa tête, préférant fortement garder mon air innocent et fragile. La fragilité, c'était merveilleux tant qu'on l'était avec retenu. L'abus de tels sentiments d'infériorité pouvait parfois créer l'effet inverse, un effet qui était loin de nos résultats escomptés, de façon à ce que les gens nous regarde de haut. Cependant, cette attitude-là, je la méprisais. Le côté qui faisait que en sorte les gens soit hautain, je le haïssais puisque j'avais grandi là-dedans. Le sentiment de n'être rien d'autre qu'une moins que rien, c'était quelque chose qui pouvait vous affecter toute votre vie, mais ma vie allait être longue longtemps si j'acceptais d'être traitée ainsi. C'est donc pour cette raison que j’exhaussais les prières au mieux de mes possibilités selon leur état d'être. Oui, l'on pouvait me qualifier de déesse sélective. Je n'étais pas des plus généreuse non plus, donc il fallait le mérité, mais une fois fait, il était rare que je ne réponde pas aux prières de mes disciples, de ceux qui me vénéraient en tant que déesse de l'Immortalité.

Pourtant, ce rôle m'allait bien. Grâce à cette immortalité, j'avais acquise beaucoup de choses dont l'expérience, mais surtout, la sagesse et la patience. Et cette jeune femme qui se trouvait devant moi... Avait besoin de conseils. Hors, comme elle l'avait si bien dit, comment une jeune enfant pouvait bien l'aider ? C'était là toute la question. Étais-je réellement ce que je semblais être ? Quiconque aurait été du palais céleste aurait mis en doute cette affirmation, mais l'idée même que je sois une déesse ne l'avait sans doute pas effleuré. Ce qui faisait différent de l'habitude était toujours le bienvenu, cela rendait mes journées différentes, donc utiles pour l'apprentissage. Et nécessairement, l'apprentissage menait à la connaissance et, au mieux, la sagesse.

Elle affirma que les questions qu'elle se posait pouvait m'être futile, surtout à mon âge.
    L'apparence est souvent signe de tromperie.
La jeune femme se présenta alors, si simplement. Un échange d'identité, c'est ainsi que je le voyais et c'est d'une façon plutôt inhabituelle que je me présentai;
    On me nomme la déesse de l'Immortalité, aussi nommé Mélira Syraline.
Un silence passa avant que je ne la regarde de nouveau avec mes iris de couleur rubis. Je notai chacune de ses réactions, mais surtout, j'attendais qu'elle réalise ce que je venais de dire. J'avais peut-être été trop direct par le fait même. Je devais tout de même m'avouer que de me faire dire que la personne devant moi était une déesse alors que je la prenais pour un enfant pouvait relativement être troublant. Je me demanda même comment j'aurais pu réagir à une telle situation, mais la question ne pouvait pas vraiment se poser... Cela faisait bien trop longtemps que je vivais pour pouvoir agir autrement qu'avec compréhension.

J'avais vécu et j'allais sans doute encore vivre longtemps, mais les mortels pouvaient encore me surprendre, car ils étaient ainsi, imprévisibles. C'est aussi à cause de cela qu'ils avaient une certaine tendance à s'autodétruire avec le temps, mais bref... Là n'était pas notre sujet principal, n'est-ce pas ? En effet, la femme devant moi se posait des questions auxquelles, bien que mon apparence me contredisait, je pouvais répondre. Toutefois, comme tout dieu, il m'était interdit de lui répondre avec exactitude, dans le cas contraire, nous devenions des piliers qui pouvait changer l'histoire du future, ce dont nous n'avions absolument pas le droit. Et comme j'étais sur Irianeth, je pouvais que trop en comprendre les conséquences.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


    1 Rose de Syrianne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fiona
Sorcière d'Irianeth
avatar

Messages postés : 465
Date d'inscription : 09/02/2012
Âge : 24
Localisation : devant mon ordi (parce que derrière ça marche pas bien)

MessageSujet: Re: Les prières sont elles entendues ? (PV Mélira S.) Sam 9 Fév - 9:27

    Cette enfant à l’allure atypique a quelque chose qui attise ma curiosité. Outre sa chevelure et son regard elle semble si chétive et fragile qu’elle ne colle pas vraiment avec le décor environnent. Il est si rare de croiser hors des murs de la forteresse quelqu’un de son âge et de sa carrure. Quoi que, dans la forteresse aussi les personnes lui ressemblant ne sont pas courantes. Ma première déduction est qu’elle ne peut être que quelqu’un d’important, si elle était née esclave il y aurait bien longtemps qu’elle ne serait plus de ce monde … A moins que tout comme moi elle ait pu, par chance, ce sortir de sa misérable condition ? C’est alors qu’elle me demande quelles sont ses questions auquel je veux des réponses. Surprise qu’elle ait pu lire dans mon esprit sans même que je réalise je reste un instant silencieuse. Finalement je me contente de rétorquer que mes interrogations seraient surement bien futiles pour quelqu’un de son âge. Mais quel âge peut-elle bien avoir au juste ? Son apparence est juvénile, mais son regard trahit sa maturité d’esprit. Alors que je me pose cette question elle me répond, comme si elle sait à quoi je peux bien penser.

    - L'apparence est souvent signe de tromperie.

    Je lui réponds d’un simple hochement de tête. En effet il m’a été donnée de rencontrer des jeunes gens à l’apparence enfantine faisant preuve de bien plus de maturité que certains adultes. Cela dit, dans le cas de cette demoiselle j’ai un doute, est-elle réellement ce qu’elle parait être ? Son aura trahis une puissance bien supérieure à la mienne, est-il possible qu’elle soit une immortelle ? Je n’ai jamais encore rencontré un de ses enfants céleste, mais l’on dit que leur apparence est souvent trompeuse et qu’ils peuvent avoir 500 ans tout en n’en paraissant tout juste 10. Au lieu de faire des suppositions le plus simple seraient de lui demander, mais en même temps je trouve l’idée quelque peu grossière. Alors, histoire d’obtenir ma réponse sans poser de question directement je me présente à elle en précisant mon titre, espérant ainsi qu’elle en fera de même.

    - On me nomme la déesse de l'Immortalité, aussi nommé Mélira Syraline.

    Mes sourcils se froncent tout naturellement devant la réponse qu’elle me donne. Elle se moque de moi ? Elle a dut lire dans mon esprit à qui j’adressais ma demande d’aide et ce joue de moi à présent. Mais …. Et si elle était vraiment celle qu’elle prétend être ? Perplexe et dubitative je ne sais comment réagir face à cette présentation peu commune. Dans un sens sa réponse pourrait paraitre logique, entendant ma supplique elle est venue y répondre … En même temps cela fais si longtemps que je lui adresse des prières sans avoir la moindre réponse que je ne peux m’empêcher de me demander pourquoi elle se manifeste à moi aujourd’hui en particulier. Si au moins j’avais déjà eu la chance de voir une représentation d’elle je pourrais vérifier ses dires … Finalement je me contente de sourire et je me décide à prendre la parole.

    -« Je pense que cela ne vous étonnera pas outre mesure que je doute quelque peu de la véracité de vos dire demoiselle Mélira. Il est si rare qu’un être céleste se manifeste directement pour répondre à une requête d’un mortel que j’ai quelque peu du mal à croire que vous soyez réellement celle que vous prétendez être. »

    Au naturel je ne vouvoie personne et surtout pas une enfant, mais si elle est belle et bien une déesse je peux bien faire un effort. Je respecte ceux qui s’avère plus puissant que moi du moment qu’ils ne prennent pas plaisir à me placer en situation d’infériorité et je ne réserve donc l’emploi du pronom « vous » qu’à ceux qui le mérite réellement, ou à la rigueur qui risque de m’attirer des ennuis s’ils pensent que je leur manque de respect. Dans le cas présent je n’emplois donc ce pronom qu’en bénéfice de doute. A défaut d’être certaine de l’identité de cette demoiselle je préfère ne pas m’attirer de problème inutilement. Sans bouger je me contente donc de continuer d’observer l’enfant. Il doit bien exister une façon de lui faire prouver qu’elle est bien celle qu’elle prétend être. Je pourrais lui poser une question me concernant et dont je suis la seule à connaitre la réponse, mais j’ai la nette impression que mon esprit n’est pour elle qu’un livre ouvert alors rien ne me permettrait d’être certaine qu’elle n’a pas été y chercher la réponse. Je pourrais surement aussi lui poser une question concernant la déesse de l’immortalité pour vérifier qu’elle l’est vraiment … mais si elle est quelque peu cultivée elle connaitra forcément la réponse. J’ai un peu l’impression d’être dans une impasse, je pourrais aussi tout bonnement me contenter de la croire aveuglément, mais s’il s’agit d’une petite maligne qui se joue de moi j’aurais l’air bien sotte par la suite. Soupirant je secoue négativement la tête.

    -« Je ne voie aucune façon de vérifier que vous êtes bien celle que vous prétendez être et cela m’ennuie fortement. J’aimerais vous croire sur parole, mais je pense que vous comprenez que c’est un peu difficile. »


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~



2 rose de Sirana
2 rose d'Yzaleen
1 rose de Syrianne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélira S.
Déesse Déchue
avatar

Messages postés : 111
Date d'inscription : 18/11/2012
Âge : 25

MessageSujet: Re: Les prières sont elles entendues ? (PV Mélira S.) Mer 13 Fév - 4:26

Je me sentais si faible dans ce corps d'enfant, mais j'en appréciais bien trop l'aspect trompeur. C'était trop facile de tromper les gens et c'était probablement pour cela que la méfiance était devenue mère de tous, ou presque. Le côté mesquin et sournois des hommes avait fini par avoir raison du genre humain ainsi que des autres races pensantes. Cela n'était peut-être pas de leur faute, mais ils avaient tous un côté lumineux et un côté ténébreux. C'était pourtant à eux de choisir ce qu'ils désiraient faire de leur avenir, bien que plusieurs pensaient au destin, lequel me répugnait particulièrement étant donné que cela voulait dire que nous obéissions au temps, celui-là même qui n'avait aucune emprise sur moi. Si ma vie aurait été différente, peut-être que j'aurai été une petite peste ou bien l'un de ses enfants angéliques ? Je ne pouvais le savoir, contrairement à la divinité de la clairvoyance, mais cela n'allait pas changer ma mentalité. Les hommes étaient tels comme ils avaient étés créés, ni bon ni mauvais, juste entre les deux. Mais quiconque devait savoir à quelle point le mur qui séparait ces deux côtés était mince, si mince qu'un simple coup de poing pouvait tout changer. C'était comme la vie et la mort, personne ne pouvait savoir quand la mort allait vous faucher, de même que quand vous alliez donner la vie. Il n'y avait pas d'engrenage précis à respecter, mais cela était suffisant pour effrayer le genre pensant puisqu'ils ne peuvent rien prédire concernant leur propre vie. Si bien qu'au fil du temps, ils ont crue bon de croire aux balivernes que leur prédisaient les mendiants, assoiffés de pouvoir, mais surtout d'argent afin de se nourrir.

Hélas, ces pensées pouvaient paraître bien futile pour cette femme qui ne pouvait éprouver de telles réflexions, du moins, pas dans le cheminement où elle était rendue. Sa vie n'avait sans doute pas été des plus faciles puisqu'elle était née sur Irianeth, donc la méfiance qu'elle éprouva à mon égard ne me blessa point, mais je remarquai le ton qu'elle employa, il était différent. En réalité, il n'était à présent plus question d'un «tu», mais bien d'un «vous». Cette nuance me choqua, mais c'était légitime. Qui voudrait s'attirer les foudres d'une déesse, qui plus être, celle que l'on vénérait ? Je ne me posai même pas la question car seul un fou ou un athée aurait pu avoir un tel audace. Pas qu'être audacieux était un défaut, mais par moment, il fallait se montrer davantage réservé, même s'il pouvait s'agir de nos propres convictions. Ce qui donnait parfois naissance à l'hypocrisie, ahh... Cette chère hypocrisie, on ne pouvait toujours s'y attendre lorsqu'elle frappait. Mais le résultat en était toujours le même, le mensonge. Si commun chez les êtres vivants que s'en était presque ironique. Malgré tout, encore aujourd'hui, certains arrivaient à rester honnête... Le temps que dure l'enfance, le temps où les gens sont encore à l'état brute, sans délicatesse, mais pourtant si réel.

Je ne m'étonnai donc pas qu'elle puisse avoir des doutes sur mes propos car, après tout, je n'étais qu'une enfant, non ? Cette vérité ne pouvait réellement être vérifié ni la raison de mon apparence plus qu'inadapté à la situation. Je suis presque certaine qu'elle m'aurai davantage cru si j'aurai été sous l'apparence d'une jeune femme, cela aurait été plus logique. Après tout, les enfants n'avaient pas d'avenir avant d'être assez âgé pour réfléchir ou travailler. Hors, c'est ainsi qu'ils s'élevaient entre eux, mais ils avaient finalement trouvé une utilité aux enfants... Du moins, ceux dont les dieux dotaient de pouvoirs magiques, puisqu'ils pouvaient apprendre à les maîtriser pour ensuite devenir des guerriers. Mais parfois, cette image m'accablait. Nous étions tellement puissant que seul le divertissement que nous procuraient les êtres pensant semblait nous sortir de notre torpeur et c'est ce qui me dérangeait. Les dieux et les vivants ne pouvaient cohabiter dans un même monde, il y avait trop de chance pour que les dieux changent de voie, j'en étais même un exemple parfait. La déchéance m'avait rattrapé comme tant d'autres... mais le dernier tournant restaient toujours le même, la colère de Parandar.

Après qu'elle m'ait fit part de ses doutes, je lui dis avec un petit sourire et un regard doux;
    Je peux aisément vous comprendre, il est rare, en effet, qu'une telle chose puisse arriver.
Elle avait besoin d'une preuve, mais cette preuve ne pouvait lui être donné. La croyance voulait que les gens croient en un dieu et l'écoute aveuglément en cas de réponse, mais le peuple avait fini par comprendre que certains abusaient de ce fait et faisait en sorte qu'on leur obéissent. En échange de quoi ils s'assuraient que certains évènements arrivent, pour que leur jeu mensonger semble véridique. C'est ainsi qu'est née la méfiance et le doute, donc je pouvais clairement comprendre qu'elle ait de tels doutes à mon sujet. Ce pour quoi je changeais légèrement de sujet, tout en restant sur la même onde;
    Je me pose une question, comment une Irianethienne ait pu avoir entendu parler de cette divinité alors que vous n'êtes point native du royaume de Jade, lequel se situe sur Enkidiev ?
Je me retournai alors vers elle avec un regard curieux qui aurait pu être assouvi par un simple passage dans sa tête, mais cette idée me sembla bien moins pratique qu'une question humainement posée.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


    1 Rose de Syrianne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fiona
Sorcière d'Irianeth
avatar

Messages postés : 465
Date d'inscription : 09/02/2012
Âge : 24
Localisation : devant mon ordi (parce que derrière ça marche pas bien)

MessageSujet: Re: Les prières sont elles entendues ? (PV Mélira S.) Mar 19 Fév - 17:05

    La méfiance n’est pas forcément le traits de caractère le plus marqué chez moi, pourtant comment ne pas en faire preuve face à une enfant qui prétend être la Déesse que je prie depuis tant d’années ? Les mensonges font partis courante de la vie des gens, quiconque ne sait pas mentir convenablement finis souvent en mauvaise posture, du moins c’est ainsi que ma mère m’avait toujours expliqué les choses lorsque j’étais enfant. Selon elle les personnes trop honnêtes avait tendance à s’attirer des problèmes alors que les menteurs s’en sortaient mieux dans la vie … Moi, je ne me suis jamais cassé la tête à vouloir savoir si je préférais être honnête ou menteuse, j’ai choisi un entre deux plus ou moins équitable. Je suis franche et je passe rarement par quatre chemins pour dire ce que je pense au gens, mais lorsque je sens que la situation tourne à mon désavantage je sais être aussi une menteuse très persuasive. Reste à savoir dans quelle catégorie classé la demoiselle qui me fait face, menteuse, franche ou … entre les deux ? Dans le doute je nuance mes propos à son égard et tout en lui faisant remarquer que j’ai un doute sur ses dires je reste des plus polies. Non mais, sérieusement, qui aurait l’idée de s’attirer la colère des Dieux ? Pas moi en tout cas, je n’ai pas spécialement envie de savoir qu’elle pourrait être la punition divine à mon encontre si je manquais de respect à une Déesse. Du coup, dans le doute et par prudence je fais attention à mes propos et la manière dont ils peuvent être interprétés.

    -Je peux aisément vous comprendre, il est rare, en effet, qu'une telle chose puisse arriver.

    Le sourire et le regard que me lance l’enfant à ses paroles me fait sourire à mon tour. Au fond de moi une chose fait que je la crois sincère à mon égard. Quoi me direz-vous ? La sagesse, celle qu’elle met dans ses propos, mais aussi celle qu’on lit dans son regard. Les enfants sur Irianeth font rarement preuve d’une telle sagesse, s’ils naissent parmi le peuple ou les esclaves ils y a malheureusement des risques qu’ils ne l’acquièrent jamais … Quoi que même en naissant parmi les familles les plus aisées du continent parfois ils ne deviennent jamais sage n’ont plus. C’est le détail, mais non des moindres, qui fait que Mélira attire ma curiosité. Le doute reste malgré tout présent. Combien de fois des gens à l’esprit pervers ne se sont amusez à se faire passer pour des Dieux pour avoir une foule de fidèle à leur pieds ? Vus l’âge apparent de la demoiselle il y a peu de chance qu’elle soit l’auteur d’une tel calomnie, mais des adultes manipulant des enfants en ses sens ça c’est déjà vus. On dit que jusque 10 ans environ les petits sont l’innocence même, il y a une raison à cela, ils sont alors encore si confiant en le monde qu’ils sont facile à manipuler et malheureusement certains adultes l’ayant compris s’en serve à leur avantage ….

    - Je me pose une question, comment une Irianethienne ait pu avoir entendu parler de cette divinité alors que vous n'êtes point native du royaume de Jade, lequel se situe sur Enkidiev ?

    Je penche la tête de côté réfléchissant un instant, la curiosité que je lis dans son regard m’amuse. Si elle est vraiment une Déesse elle peut sans mal trouver cette information parmi mes pensées non ? Qu’elle en soit capable ou non finalement je suis contente qu’elle ne le fasse pas. Il est bien plus respectueux des gens d’apprendre les informations que l’on veut de vive voix que de venir les chercher dans leurs esprit. Non mais, imaginez le genre de chose indiscrète qu’on pourrait aussi découvrir par inadvertance. Chacun est libre d’avoir ses secrets plus ou moins important, plus ou moins honteux et plus ou moins grave soit-il. Le pouvoir de lire dans les esprits est donc bien pratique, mais à mon humble opinion il est aussi fortement indiscret. Pour en revenir à la question que ma posé la jeune fille je n’ai rien à cacher c’est donc avec franchise que je lui répond.

    -« Je n’ai pas de réponse précise à vous donner … Je pense que certains de mes ancêtres devaient venir d’Enkidiev, mais il y a tant de génération que nous somme esclaves dans ma famille que ça a été oubliez. Malgré tous mes ancêtres et mes parents ont continué de perpétué le culte de cette Déesse et j’en ferais de même si un jour j’ai des enfants. »

    Une question germe alors dans mon esprit. Je doute de la véracité des propos de la demoiselle à cause de son apparence enfantine, mais personne n’a jamais dit que les Dieux enfants n’existent pas à ce que je sache ? Ce pourrait-il alors que certains des Dieux aient une apparence si juvénile ? Ils ont surement le pouvoir de changer d’apparence, après tout personne ne leur accorderait la moindre confiance s’ils avaient tous une apparence de gamin. Dans le doute je décide de questionner Mélira à ce sujet.

    -« Je n’ai jamais vue de représentation de la Déesse, si je pars du principe que vous me dite la vérité cela veut dire que la statue dans votre temple est celle d’une enfant ? Je ne savais pas que les Dieux enfants existaient. »

    Imperceptiblement mon opinion à son encontre penche vers le favorable. Ainsi sans vraiment que je le réalise je commence à admettre le fait qu’elle soit celle qu’elle prétend. Elle n’a rien fait pour c’est certain, mais mes propres doutes à ce sujet sont aussi les vecteurs de mon opinion.


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~



2 rose de Sirana
2 rose d'Yzaleen
1 rose de Syrianne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les prières sont elles entendues ? (PV Mélira S.)

Revenir en haut Aller en bas

Les prières sont elles entendues ? (PV Mélira S.)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chevaliers d'Émeraude 300 plus tard :: L'Empire noir :: L'extérieur de la forteresse-