AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
100 Hebergeur d'image

Partagez|

Chers parents [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Chers parents [Libre] Jeu 1 Mar - 21:24

« Chère mèrecommença-t-il à écrire, mais un rat décida de se mêler à la composition de la lettre. S’emparant d’un bout du parchemin, l’animal s’en alla manger le papier, ne sachant pas encore si c’était comestible ou non, mais malheureusement pour lui, il ne le saura jamais, puisqu’il reçut une gigantesque baffe de la part de l’écuyer. Comme l’adolescent avait un peu paniqué en voyant la chose (dégoûtant!), il avait utilisé ses pouvoirs, et la gifle arriva à une telle vitesse que le choc fut trop grand pour la petite bête.

― «Foutus rats!» hurla-t-il, alors qu’un esclave passait devant l’entrée de la pièce. « Crevez tous! » s’écria le jeune adolescent, avec toute la rage qu’il avait pour ces sales bêtes, et l’esclave prit la poudre d’escampette, croyant qu’on s’adressait à lui. À vrai dire, Silver accordait tellement peu d’importance à cette catégorie de gens qu’il ne s’était même pas rendu de sa présence. Le seul moment où il se rendait compte qu’il n’était pas seul, c’était quand ils le salissaient, lui ou ses propriétés. Même si vous vous confondiez en milles excuses et que vous nettoyez le tout, il allait prendre rancune et allait tout faire pour que votre vie soit encore plus misérable.

Bref, il retourna à sa lettre.


« J’espère que vous passez de très longues plaisantes journées en compagnie de votre maître et que vous appréciez le goût de ses écailles pourries. Je me réjouis chaque jour de votre chance infinie d’être libre de moi. Je partage votre folle joie que vous avez à vous dédicacez à ce sorcier. Je dois vous remercier de me donner cette liberté inconditionnelle et je suis très heureux que vous ayez décidé de donner tout votre amour pour vos nouveaux enfants (j’ai entendu dire que vous étiez rendue à treize?) Ils ont en effet bien plus besoin que moi, qui sera très prochainement l’apprenti du chef des chevaliers. »

Il s’arrêta un moment dans son écriture, alors qu’il réalisait une chose : qui était déjà le chef? Peut-être était-ce une femme? Il y avait bien ce pigeon, ou l’autre à la longue chevelure. Ou peut-être était-ce cet homme à la chevelure bleutée et aux yeux rouges? Il avait l’air assez autoritaire. Oui, c’était sûrement lui. Enfin, peu importe, Silver savait qu’il serait l’écuyer du chef. Il était le meilleur, après tout. Il ne pouvait avoir que le meilleur!
À moins que le chef n’était pas le meilleur… Dans tel cas, Silver serait plus qu’heureux que de le remplacer, pour faire justice à l’Ordre.


― « Quelle plaie… » Silver soupira. Il ne savait plus trop quoi écrire, maintenant. Enfin, il ne savait pas comment le faire sans passer pour un vulgaire monstre. Il devait être tout aussi poli que les lettres de sa mère, et tant qu’elle ne tombera dans les vulgaires insultes, Silver n’en fera de même.
Il était bien élevé, après tout. Après, si elle commence à jouer à ce genre de jeu, il n’aurait qu’à la blâmer, comme toujours…

Ah… il était aussi bien de trouver l’inspiration ailleurs. Peut-être qu’en se moquant de quelques esclaves ou en réduisant des soldats en miettes, il allait retrouver l’âme de poète en lui. L’écuyer roula le parchemin soigneusement, mais d’un geste tout de même mécanique, puis le plaça sur un livre, rangea sa plume et son encrier, poussa la chaise et quitta la pièce. Silver regarda de gauche à droite, s’apercevant des domestiques surexcités. Que se passait-il donc? On n’entendait pas de cris, mais il était très rare que ces bons à rien soient aussi excités. Est-ce que l’Empereur était dans le coin? Un cadeau du ciel; le grand dieu de l’Empire daignait se montrer à ses sujets. C’était suffisant pour agiter toute cette foule! … mais Silver se doutait bien que ce n’était pas ça.

En effet, après avoir pris sa gauche, il tomba sur un agroupement d’esclaves, bloquant la vue de tous les curieux. Silver avait beau se mettre sur la pointe des pieds, il n’arrivait pas à voir ce qui attirait autant l’attention des esclaves. Ce ne pouvait tout de même pas être un verre de vin échappé, cela ne prenait pas autant d’insectes pour ramasser des dégâts! Peut-être était-ce un blessé, un homme d’une grande importance? Peut-être était-ce même un combat? (Il n’arrivait pas à percevoir quoique ce soit, les domestiques jacassaient beaucoup trop.) Cela devait être quelque chose d’assez grave ― ou du moins, il l’espérait; ces domestiques n’avaient aucune excuse de perdre leur temps ainsi! S’il n’y avait rien à voir, ils devaient retourner à leurs tâches!


― « Que se passe-t-il ici? » s’exclama le jeune adolescent, haut et fort, fier et hautain, comme s’il se prenait pour le chef ici. Quelques esclaves sursautèrent et libérèrent la place, mais la plupart ne l’entendirent même pas. Silver essaya de se faufiler un passage, mais il se retrouva à la place pris parmi les insectes. Sentant une crise d’angoisse monter en lui (quelle horreur, il ne pouvait pas se mélanger avec eux!), il combattit en retraite. Ce ne fut qu’à l’extérieur du groupe qu’il remarqua que quelque chose clochait : ses bottes étaient mouillées de sang.

Horreur! Dégoûtant! Il ne pourrait plus jamais porter ces bottes : du sang d’esclave! Beurk!
… Enfin, peut-être que le blessé n’était pas un esclave.
Mais comment pouvait-il le savoir!? Il y avait tous ces foutus insectes qui lui bloquaient la vue!
Il allait devoir trouver de l’aide. Un chevalier, ou peut-être d’autres écuyers… mais il n’allait pas vraiment compter sur ça. Enfin, peu importe, tant qu’il arrivait à se débarrasser de ces imbéciles, toute aide allait être appréciée. À moins que le blessé en question soit justement un chevalier ou un écuyer? Oh, pitié, faites que ce soit un élève, ça, ça se remplace, au moins!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chers parents [Libre] Ven 2 Mar - 17:40

Allongé sur son lit Még lisait, elle passait tout son temps à s’entrainer ou à lire en ce moment et sa l’exaspérait un peu elle-même, Mai était occupé, Nel veillait sur Myst et Elad … bah elle n’avait pas franchement envie de se chamailler aujourd’hui avec lui. Posant son livre sur ses jambes étendues elle le referma d’un coup sec. Qu’elle histoire pathétique, elle aimait les récits de guerre, les écrits historiques, pas les recueils de poésie, qui était l’imbécile qui lui avait ramené cet ouvrage ? Soupirant elle se souvint, hier elle avait envoyé un esclave lui chercher un livre et il lui avait ramené celui-ci. Ces gens avaient vraiment des gouts douteux, enfin s’ils savaient lire, mais sa Még en doutait. Envoyant voler le livre à travers sa chambre elle appela un esclave, un jeune garçon arriva en courant, d’un geste elle lui montra le livre trainant sur le sol et lui dit d’aller le ranger. Lorsque le gamin quitta la chambre elle se laissa retomber sur son oreiller, vraiment qu’elle journée exaspérante. Elle se leva, fit rapidement sa toilette avec l’eau du broc se trouvant sur sa commode, une fois propre elle peigna ses fins cheveux noir et enfila une tunique propre. Elle mit un pantalon moulant en cuir noir et de haute chausse se lassant derrière le mollet. Ceignant ses hanches d’une ceinture de cuir noir elle y accrocha les fourreaux de ses poignards, un sur sa hanche droite, l’autre sur la gauche et passa son épée dans son dos entre ses omoplates. Toute de noir vêtue et ainsi équipé elle quitta sa chambre. Puisqu’elle ne pouvait pas lire quoi que ce soit d’intéressant elle irait chasser en forêt sa au moins ça l’occuperait.

Dans le couloir des esclaves couraient en tous sens, l’air affolé plus qu’afféré, qu’est ce qui pouvait bien les paniquer ? Még soupira, bon tant pis elle remettrait son entrainement à plus tard visiblement il y avait plus important à régler pour le moment. Nonchalamment elle continua de marcher dans les couloirs, Autour d’elle les gens couraient, mais elle n’avait pas, mais vraiment pas envie de courir pour eux. Sortant dans la cour du palais elle s’arrêta un instant sur le pas de la porte. Le ciel était gris, rien d’anormal de ce côté-là, il faisait toujours gris sur le continent. Pas de vent, pas de pluie, autant dire une belle journée. La cour était bondée et il y régnait un brouhaha assourdissant. Még avait horreur de se cohue ou tout le monde se bousculait en tous sens et parlait pour ne rien dire. Lentement elle s’avança entre les gens, mais ne réussit pas à atteindre le centre de l’attroupement. Reculant hors du groupe elle observa le sol, la terre lui avait semblé boueuse pourtant elle était meuble et ferme. Du sang, … elle avait du sang sur ses bottes. Faisant une mou dégouté elle se recula et s’appuya contre le mur de pierre du château. Puisque personne ne s’écartait pour la laisser passer elle n’allait pas insister tant pis si la personne qui perdait tout ce sang venait à mourir.

― « Que se passe-t-il ici? »

La voie était celle d’un garçon, hautaine et fier. Még chercha un instant du regard qui avait parlé et repéra le jeune homme qui avait pris la parole, des cheveux noir, vêtu de noir de la tête aux pieds tout comme elle. Ce garçon était écuyer, elle le savait. Tranquillement elle s’approcha de lui, il semblait écœuré par le sang maculant ses propres bottes, elle observa les siennes un instant avant de sourire amuser par l’expression du visage du garçon. Arrivant à sa hauteur elle se plaça à côté de lui sans rien dire, elle observa la cohue un instant avant de se tourner vers lui, une expression sévère sur le visage.

A ton avis que se passe-t-il ? Moi je dirais que quelqu’un est en train de se vider de son sang au milieu de la cour et que parce que ses imbéciles ne s’écartent pas je ne pourrais pas venir en aide à la personne qui ce meure. »

Son ton n'était ni froid ni hautain, elle ne voyait pas de raison de se montrer agressive envers ce garçon, même si il se montrait fier et prenait les esclaves de haut, il n'y avait pas de quoi le brimer.


Dernière édition par Mégara le Sam 3 Mar - 10:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chers parents [Libre] Ven 2 Mar - 22:58

Le jour venait a peine de ce levé que déjà Eladimarhil était debout habillé de son armure noir et il s'entrainait dans la salle d'entrainement.Un bruit sourd ce fit entendre dans tout l’enclave qu'était le palais de l'empereur.Entendant ce bruit,le chevalier se retira et se dirigea vers l'endroit d’où provenait le bruit en courant à son arrivée,ce qu'il vit ne le surprit guère,une folle de gens entourait quelqu'un qui à ce qui semblait être saignait vraiment beaucoup.Il s'approchait de sa sœur d'armes et vit un jeune écuyer qui se trouvait présent.La voix de sa soeur d'armes lui parvient à ses oreilles:

-« A ton avis que se passe-t-il ? Moi je dirais que quelqu’un est en train de se vider de son sang au milieu de la cour et que parce que ses imbéciles ne s’écartent pas je ne pourrais pas venir en aide à la personne qui ce meure. »

Il n'avait pas tout à fait entendu ce qu'avait dis le jeune écuyer un instant plus tôt,il s'écria alors:

-BOUGEZ VOUS DE LA BANDE D'IDIOT SI VOUS VOULEZ QUE CETTE PERSONNE SURVIVE

Il observa alors la foule qui se dissipa peu a peu pour leur laisser enfin de la place.Eladimarhil avança vers le blessé,ses bottes marchant dans le sang laissait entrevoir la direction ou il se dirigeait.Il contourna le corps et ce mit à sa hauteur.Son regard se déposa alors sur sa soeur d'armes et il s'adressa ainsi a elle:

-Il est a toi Mégara.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chers parents [Libre] Sam 3 Mar - 5:00

À la grande surprise de Silver, il y avait déjà un chevalier dans les environs, ou plutôt, dans l’agroupement d’esclaves. C’était le chevalier de feu, Mégara, qui, en comparaison au jeune écuyer, était plutôt petite. Elle pouvait bien passer inaperçue… Certains de ces insectes étaient même plus grands que l’écuyer. Bah, la grandeur n’avait pas vraiment d’importance, dans la vie. Elle était peut-être utile dans des situations comme… maintenant, mais sur le champ de bataille, ce qui comptait, c’était la survie et les morts. Cela dit, Silver était tout de même surpris; s’il y avait déjà un chevalier ici… pourquoi tous ces esclaves leur bloquaient le passage? Pourquoi ne s’écartaient-ils pas pour laisser Mégara s’occuper du blessé? À moins que la femme-chevalier jugeait inutile de s’occuper de celui-ci, et n’attendait seulement que les esclaves dégagent la voie…

Il allait lui demander une question, mais il fut pris par surprise par une vive voix éclatante, pleine de force, comme un grand coup de tonnerre. Enfin, les esclaves se rendirent compte de la présence des deux chevaliers. Beaucoup décidèrent qu’ils n’avaient plus rien à faire ici, et fichèrent le camp, mais une bonne partie s’élancèrent sur le chevalier de l’eau, plaidant la cause du blessé, demandant son aide, cherchant de la pitié et ne s’abaissant plus qu’autre chose.

Silver était estomaqué. Cette voix autoritaire… Cela lui en donnait des frissons! Il était si… minuscule comparé à l’assurance de cet homme… Ses illusions en étaient complètement détruites : c’était ça, la réalité! Il était encore jeune, il n’était qu’un bourgeon, une médiocre larve! Ces esclaves n’allaient certainement pas l’écouter s’il n’était même pas un vrai homme! Il devait être meilleur, il devait devenir comme ce chevalier… Il ne pouvait pas se considérer comme le meilleur s’il ne pouvait même pas se faire écouter par des esclaves!

Un mouvement spasmodique attira l’attention de l’écuyer, se rappelant de tout le sang à terre. Une femelle tenait un corps entre ses mains; sûrement son enfant. Une très longue coupure traversait en diagonale le dos de l’enfant, qui ne bougeait qu’en petits mouvements brusques. Silver s’en approcha. Le bambin avait aussi une profonde incision dans son épaule gauche. Ce ne pouvait pas être un accident.


― « Le soldat… Il… Le soldat… I-il… I-il… » sanglota-t-elle, tout en berçant son enfant. Les esclaves avaient tenté d’arrêter les hémorragies avec des linges blancs, mais cela ne servait à rien. Non seulement tout ce tissu était complètement rouge, mais on voyait que l’enfant avait perdu une somme astronomique de sang.

Silver n’était pas un expert en médecine, il n’était pas un guérisseur, mais il était certain de ne pas se tromper en disant qu’il était trop tard pour l’enfant. Il n’avait jamais vu autant de sang versé, et surtout pas de la même personne…
Et c’était un bambin. Pas un adulte. Même pour un adulte, il n’était pas sûr qu’avec tout ce sang, on aurait pu sauver quelqu’un.

L’écuyer n’osait pas s’agenouiller. Il ne voulait pas jeter cette paire de pantalon aussi! Après tout, on ne parlait pas d’un chevalier ou d’un prince ou quoique ce soit, ce n’était qu’un enfant d’esclave! (quoique le père aurait pu être un sorcier…) D’ailleurs, il ne savait même pas si cela valait vraiment la peine de faire quoique ce soit pour cet enfant. Même un simple esclave, ça se remplaçait, alors un mioche qui ne savait encore rien faire… Bah, cela lui ferait de la pratique? Il était rare que Silver se blesse gravement, et il y avait toujours quelqu’un pour soigner ses blessures superficielles. C’était l’occasion rêvée pour mettre en pratique ses pouvoirs magiques, n’est-ce pas?

Silver se pencha légèrement vers la mère et son enfant, puis s’accroupi. Il n’allait tout de même pas se casser le dos pour un esclave… En espérant qu’il ne perde pas l’équilibre et s’étale dans ce bain de sang! Il tendit les mains vers l’épaule du jeune esclave, se concentrant. Un éclat argenté, pas trop aveuglant, mais lumineux tout de même, se produit alors entre ses mains et le corps de l’enfant. L’écuyer argentois garda cette position pendant un bon moment, jusqu’à ses bras se mettent à trembler. Se passait-il quelque chose? L’éclat l’empêchait de voir la blessure. Avait-il arrêté de saigner? Silver n’en était pas trop sûr… Il voyait que l’autre coupure, qui était longue, mais moins profonde, n’avait aucunement changé. S’y prenait-il de la bonne façon? Il n’en avait aucune idée! Jamais il n’avait fait ce genre de chose avant… du moins, pas de cette intensité. Quand il avait de petites coupures, elles se refermaient en quelques secondes. Cela faisait certainement plusieurs minutes qu’il tendait les bras, comme un idiot. Devait-il arrêter? Devait-il continuer? Devait-il faire quelque chose de différent? Devait-il demander au bambin, à la mère? Il n’en avait aucune idée! Il était complètement perdu, il ne savait plus quoi faire. Faisait-il seulement la bonne chose? Pas seulement au niveau de ses pouvoirs, mais du geste même; devait-il vraiment essayer de guérir l’enfant? N’avait-il pas lui-même jugé qu’il était trop tard?

Silver tourna la tête vers Mégara, avec un air de brebis égarée. Que devait-il faire!?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chers parents [Libre] Sam 3 Mar - 10:10

BOUGEZ-VOUS DE LA BANDE D'IDIOT SI VOUS VOULEZ QUE CETTE PERSONNE SURVIVE !!! »

Le cri de son frère d’arme la fit sursauter. Sa voie couvrit un instant le brouhaha ambiant. Surpris les esclaves se retournairent avant de s’écarter pour laisser la place aux deux chevaliers et à l’écuyer.

Il est à toi Mégara. »

La jeune femme se tourna vers Eladimarhil et lui sourit. Reportant son regard sur la scène qui se jouait devant ses yeux elle sentie son cœur se serrer. Une femme tenait un enfant serré contre elle, ce dernier avait le dos tailladé et était en train de se vider de son sang. Il ne bougeait presque plus et ne criait pas ce qui était mauvais signe, vue la mare de sang maculant le sol il ne lui restait plus longtemps à vivre sans aide.

Le soldat… Il… Le soldat… I-il… I-il… »

Sanglotait la femme tout en berçant son gamin. Még lui aurait bien demandé il quoi ? Et quel soldat ? Mais ce n’était vraiment pas le moment de poser des questions. Elle vit l’écuyer s’avancer vers la mère en son enfant. Il sembla hésiter, était cette scène qui le perturbait ou toute autre chose ? Puis il finit par s’accroupir auprès du blessé. Tendant ses paumes vers les blessures une douce lumière argentée s’en échappa. Még s’approcha car l’enfant ne bougeait plus, elle se sonda et fut soulager de voir qu’il vivait encore, mais le temps lui était compté. Elle observa l’intervention magique du jeune homme puis remarqua son regard suppliant. S’accroupissant à son tour elle tendit elle-même ses paumes, la lumière qui s’en échappa était plus intense et aveuglante que celle de l’écuyer, la guérison c’est surement ce qu’elle savait faire de mieux.

Tu t’en sors très bien, concentre toi uniquement sur les blessures je m’occupe de redonner de l’énergie vital à l’enfant. »

C’était vrais l’écuyer ne le voyait peut être pas à cause de la lumière de ses mains, mais la blessure à l’épaule était presque refermé et celle dans le dos commençait elle aussi à guérir. Még concentra toute son énergie vers le cœur de l’enfant pour qu’il batte, alors que sa propre force s’amenuisait le gamin se mit à gesticuler dans le bras de sa mère et à pleurer. Il était hors de danger.

Comme après chaque intervention magique Még se sentie vidé, lentement elle se releva pour aller s’assoir mais elle n’u pas le temps de faire un pas, elle avait utilisé beaucoup plus d’énergie qu’elle ne le pensait pour sauver ce gamin et déjà un voile noir recouvrait ses yeux. Surprise elle s’accroupi de nouveau posant la main dans le sang pour ne pas tomber. Tout semblait tourner autour d’elle. Allait-elle perdre connaissance au milieu de ces esclaves ? Elle entendait la mère de l’enfant parler, mais n’arrivait plus à saisir le sens de ses mots. Elle allait donc s’étaler dans cette mare de sang ? Non c’était vraiment pathétique, malgré le brouillard qui recouvrait ses yeux elle chercha l’écuyer et Eladimarhil du regard pour leurs demander de l’aider à rejoindre un des bancs de pierre de la cours.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chers parents [Libre] Sam 3 Mar - 19:04

Voyant enfin le jeune enfant reprendre de plus en plus d'énergie vital et physique,on pus enfin entendre le jeune bambin pleurer et eladimarhil,comprit que l'enfant était sauf grâce à l'intervention du jeune écuyer et de Mégara,il lui rendit un bref sourire.Remarquant que sa soeur d'armes était sur le point de perdre connaissance,elad s'approchait de celle-ci.Il s'agenouillait et passa un des deux bras de la jeune femme autour de son coup afin et l'aida a ce relevée tout doucement,la mère s'approchait d'eux,elle dit:

-Milles merci a vous mon enfant est sauve.

Eladimarhil observa gravement la dame et lui dit:

-Excusez nous madame mais ma soeur d'armes se sent faible,nous allons tout d'abord la faire asseoir et ensuite vous m'indiquerez le mal autrui qui s'en est pris a votre enfant.

Il observait alors l'écuyer étant lui même couvert de sang,son regard bleus semblait être totalement,diminué de tout émotions mais au plus profond de son être,une inquiétude règnait à l'égard de sa soeur d'armes,il fit alors signe au jeune silver d'approcher.Tenant toujours Mégara sur son épaule,il s'adressa à elle:

-Je te jure que celui qui a commis cet affront paieras le prix.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chers parents [Libre] Lun 5 Mar - 16:39

L’enfant était sauvé. Quel miracle. Silver ne s’y attendait aucunement. Bien entendu, il n’aurait pas pu le faire sans l’aide de Mégara. L’écuyer n’aurait certainement pas eu la force nécessaire pour relancer le cœur du jeune bambin. Vu toute l’énergie qu’il avait dépensée à refermer de simples blessures, il s’imaginait qu’il était bien plus exigeant de réanimer un cœur, de redonner de l’énergie vitale. Enfin… cela lui semblait logique. Avec des blessures, on peut continuer à vivre, mais avec un cœur faible, avec peu de sang, on est plutôt mort… Mais bon, il n’avait jamais tenté une telle chose avant. Qu’est-ce qu’il en savait?

― « Allez voir les sorciers. Dites que c’est les chevaliers qui vous envoient. Il a besoin de sang. »

Il savait pertinemment bien que les sorciers ne lèveront pas le petit doigt pour un enfant d’esclave ― sauf si l’enfant était le leur, ou que l’esclave était très important pour eux… (Ça, il en savait un petit quelque chose). Il aurait pu très bien dire d’aller voir le maître de sa mère, mais lui-même n’ayant pas une très bonne relation avec elle… Silver savait que ce sorcier allait s’opposer à lui. Il écoutait les chevaliers, les élites, pas les écuyers qui n’étaient que de vulgaires apprentis. Cherchez leurs apprentis. Ils ont besoin d’entraînement.

La mère esclave les remercia à chaudes larmes, puis s’éclipsa. Bon débarras… Maintenant, il n’y avait que quelques domestiques qui nettoyaient le sol. La meilleure décision de leur journée… C’était franchement dégoûtant tout ce sang! Pas que Silver avait peur de cela, sinon, il ne serait jamais soldat, mais vraiment! Tout cela venait d’un enfant? C’était exagéré… Il avait déjà vu des morts auparavant, et ils ne saignaient pas autant que cela… Peut-être était-ce que les esclaves en avaient trop? Après tout, quand les soldats s’entraînaient, ils se coupaient tout le temps. Les domestiques ne devaient même pas connaître la douleur!

L’écuyer tourna la tête vers les chevaliers. Estomaqué, il regarda le chevalier de l’eau soutenir Mégara, qui semblait à un cheveu de tomber dans le coma. Était-ce l’opération qui l’avait épuisée à un tel point? Mais elle était une chevalier, elle était même douée en guérison, pourquoi était-elle si vidée…?

Il trébucha. Par chance, il était près du mur, et pu prendre appui sur les parois rocheuses du corridor. L’argentois voulait se relever, voulait se tenir debout, voulait venir en aide à la femme-chevalier, mais sa tête tournait bien trop pour qu’il fasse le moindre pas. Jamais il n’avait eu cette sensation de vertige, auparavant… Était-ce parce qu’il avait fourni trop d’énergie en guérissant les blessures du jeune garçon?

Ses genoux fléchissaient, ses jambes tremblaient. Il ne voulait pas tomber à terre. Pas dans tout ce sang puant, bordel! Il allait tellement devoir prendre un bain… Il était tout sale! Bon sang, pourquoi l’adrénaline embarquait pas… Ça n’arrivait que dans les romans, ça? Il ne pouvait pas perdre connaissance ici!

Soudainement, il se retourna d’un geste vif, dévisageant des esclaves au loin.
« Albro? Encore!? » s’écria l’écuyer, qui se mit à grogner, retrouvant une certaine énergie, une certaine vigueur ― assez pour rester sur pattes, du moins! Marchant avec peine et misère, le jeune adolescent se dirigea vers les chevaliers, l’air contrarié. Il passa un bras autour de la taille de Mégara, l’aidant à se diriger vers la cour, où ils trouvèrent un banc, qui se libéra de ses domestiques en une seconde. Prenant place à côté du chevalier du feu, il plaça ses coudes sur ses genoux, et appuya sa tête sur ses mains.

― « C’est pas la première fois qu’il fait ça. Il a déjà tué des enfants avant. » marmonna Silver, sans réaliser que les chevaliers n’avaient pas pu entendre les esclaves, vu qu’ils n’avaient pas les sens surhumains du jeune écuyer. Silver semblait assez contrarié. Il avait déjà parlé à Albro, et il le détestait. Cet imbécile se vantait du fait qu’il massacrait des enfants… comme s’il y avait un mérite à cela! Quelle perte de temps… C’était comme tuer des fourmis noires : ça impressionnait personne! Et puis, bon, ça faisait de la peine aux parents, même si ça ne l’affectait pas tellement, personnellement. Tant qu’il ne les voyait pas mourir en personne… Après tout, il y en avait toujours des dizaines qui mourait chaque jour, alors un de plus ou un de moins, ça ne changeait pas grand-chose dans la forteresse.

Il tourna la tête vers Mégara. Silver savait qu’elle aimait les enfants. Il savait qu’elle voulait venger ce jeune bambin. Eladimarhil était aussi de cet avis. Il supposait qu’ils avaient raison… Après tout, Obsidienne n’avait pas besoin d’un soldat comme lui. Même si les esclaves n’étaient pas la passion de Silver, jamais il ne s’était « amusé » à en tuer. Jamais il n’en tuerait sans raison. On en avait tout de même de besoin, si les plus forts passaient tout leur temps à tuer les plus faibles, il ne restera plus rien dans l’Empire!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chers parents [Libre] Jeu 8 Mar - 16:27

Elad passa le bras de Még autour de ses épaules pour l’aider à ce relevé. La jeune femme sentie ses jambes flancher, mais tint bon. Grâce à l’aide de son frère d’armes elle réussit à faire quelque pas. La jeune femme portant l’enfant vint leurs présenter sa gratitude, mais trop concentré sur son équilibre Még ne prêta pas attention à ses paroles ni à celle de son frère jusqu’à ce qu’elle sente son souffle chaud contre sa joue.

-Je te jure que celui qui a commis cet affront paieras le prix.

Még lui sourit faiblement, la soutenant toujours Elad pris la direction d’un banc de pierre.

Merci Elad. »

La jeune guerrière sentait ses forces revenir lentement, elle chercha du regard le jeune écuyer, lui aussi devait avoir dépensé beaucoup d’énergie pour soigner le gamin et il était surement faible. Soudant un bras entoura sa taille. Elle tourna son regard vers le jeune Silver et lui sourit, il semblait faible, mais toujours vaillant. Enfin Még arriva au banc de pierre avec ses deux compagnons. S’asseyant sur la pierre froide elle inspira profondément pour emplir ses poumons puis expira. Elle se sentait de mieux en mieux, ses forces revenaient et elle serait bientôt en formes. Heureusement que la guérison était le pouvoir qu’elle maitrisait le mieux, sinon elle n’osait imaginer les conséquences que cette opération magique aurait eu sur sa santé. A ses côté Silver semblait contrarié. Il venait de grommeler quelque chose, mais Még n’avait pas tout saisit, il semblait parler de quelqu’un, quelqu’un qui tuait des enfants. Mais qui pouvait être aussi ignoble pour s’en prendre à ses petits êtres sans défenses ?
Még posa un regard interrogateur sur son jeune compagnon et croisa le sien. Il semblait réfléchir.


Sait tu qui a fait ça Silver ? Si tu le sais j’apprécierais que tu nous le disent. »

Sa voie était encore faible et peut assurer ce qui la surprit, elle se sentait pourtant de nouveau assez forte pour se débrouiller seule. Observant les esclaves épanchant le sang maculant la cour elle sourit en voyant la mère qui serrait son enfant contre son cœur avec amour en pleurant de joie. Un jour elle aussi aurait des enfants, après tout si comme elle son futur compagnon était doté de pouvoirs magiques leurs enfants ne pourraient être que de futur chevalier. N’était-ce pas là un de ses devoir de guerrière que de fournir de nouvelles recrues à l’ordre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chers parents [Libre] Jeu 15 Mar - 1:53

Le chevalier d'eau se retourna vers l'apprentis ayant compris ce qu'il avait marmonné,il observa sa soeur d'armes et se leva.Il s'approcha du jeune écuyer et tout en se mettant a sa hauteur,il lui dit:

-Mégara a raison Silver dit nous qui sait.

Il avait une idée derrière la tête et la personne qui avait commis cela allait en payer le pris de plus eladimarhil était réputé pour être l'un des chevaliers les plus malsains qui avait en ce bas monde.Ne montrant jamais ses émotions,il restait neutre certes seuls ses frères et soeurs d'armes avait le droit de voir lorsqu'une émotion se produisait en lui et Mégara devait en ce moment se douter qu'il bouillonnait de rage.Eladimarhil observa en direction du lieu ou était la petite famille de servants un peu plus tôt.Il savait tue et son regard se redéposait sur Mégara et Silver.

-Il est important qu'on le sache.

Eladimarhil s'agenouillait devant sa rival amical et lui sourit,il lui dit:

-Combien de fois devrais-je frapper cet homme?


Il observait sa soeur d'armes et déposait un regard neutre sur le jeune écuyer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chers parents [Libre] Sam 7 Avr - 20:13

Silver les dévisagea, étonné par leur réaction. Ils ne savaient pas qui était ce soldat? Mais pourtant… tout le monde le connaissait! C’est seulement après un court moment qu’il réalisa qu’il avait affaire à des chevaliers, et non pas d’ordinaires sujets qui passaient leurs temps avec les autres. L’Élite n’avait pas de temps à perdre avec le bas-peuple, bien évidemment… et ils n’étaient certainement pas du genre à ramasser les rumeurs qui couraient parmi les esclaves. S’ils savaient au moins qui était Albro, ça serait certainement un miracle! Après tout, il n’était pas un général, il n’était qu’un soldat, gradé certes, mais avec trop de supérieurs pour être véritablement respecté. Les chevaliers n’avaient pas de temps à perdre avec une telle vermine ― quoique, à en juger de la réaction de Mégara, elle ferait certainement une exception pour lui.

Le jeune écuyer tenta de lever une main, dans une vaine tentative d’aider la femme-chevalier du feu, mais il était lui-même trop faible pour bouger. Il eut un pincement au cœur, voyant combien d’efforts elle avait donné pour soigner cet enfant. Il était moins puissant qu’elle, et il était en meilleure forme ― ou du moins, sa voix était plus portante. Silver n’aimait pas cela. Il ne comprenait pas pourquoi un tel sacrifice, un tel don d’énergie, alors que ce n’était qu’un enfant d’esclave, une fourmi parmi tant d’autres. Il savait qu’elle adorait les enfants, mais à ce point? Cela le mettait assez mal à l’aise. Jamais on lui aurait reproché d’avoir laissé un esclave mourir, surtout pas ici, sur Irianeth, mais il avait l’impression qu’avec Mégara, il aurait eu tout un cas de conscience. Et pourtant… ce n’était qu’un vulgaire enfant!


― « C’est Albro, un caporal qui se tient souvent ici. Il adore tuer les enfants des esclaves pour leur servir de leçon, comme il le dit si bien. » soupira-t-il, en se croisant les bras, un peu comme s’il était agacé d’être obligé de leur expliquer cela. En réalité, oui, il était agacé, mais il n’arrivait pas à expliquer pourquoi. L’enfant qu’ils avaient sauvé n’était pas sa première victime, mais les chevaliers n’en avaient jamais entendu parler? Et là, ils voulaient venger l’enfant? Ils faisaient la sourde oreille avant, probablement? Il avait l’impression qu’on se moquait de lui, qu’on lui montrait un faux sentiment de justice. De l’hypocrisie, quoi. Pourtant, il savait très bien que Mégara serait la première à protéger les enfants, juste parce que… ils étaient des enfants! Est-ce qu’on cachait des choses à l’Ordre, ou est-ce que les chevaliers étaient si renfermés sur soi-même, coupés du monde extérieur, n’entendant que la parole de l’Empereur?
Cela ne le dérangerait pas, bien sûr, il n’avait qu’à perdre avec le bas-peuple…


― « Ah. C’est lui, là, » dit-il avec désinvolte, remarquant soudainement l’apparition d’Albro, après avoir détourné le regard des chevaliers. Les bras toujours croisés, le jeune argentois regardait le soldat entrer dans la cour, s’approchant des esclaves qui se poussèrent avec empressement, le dévisageant d’un air mauvais. L’insecte les ignora tous, bien qu’il semblait bien heureux de voir toute cette peur de la part des domestiques. Il ne sembla pas se rendre compte de la présence des chevaliers, étant trop préoccupé à se faire voir par les esclaves. « Ouais, c’est lui Albro qui a tué tous ces enfants, » précisa-t-il en le pointant du doigt, sans aucune gêne. L’insecte en question, armé de sa lance, vit le jeune écuyer, doigt en l’air, puis s’approcha du groupe, intrigué. Il les regarda de haut, les jugeant, puis réalisant peu à peu qu’ils étaient de l’Ordre, deux étant des chevaliers. « Je peux faire quelque chose pour vous, les chevaliers? » dit Albro, avec une certaine arrogance qui ne devrait pas être permise de sa part, considérant qu’ils étaient tous les trois au courant des passe-temps auxquels il s’apprêtait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chers parents [Libre] Dim 8 Avr - 11:13

Még reprenait peu à peu des forces, elle se sentait mieux. C'est fou ce qu'un enfant mourant peu pomper comme énergie. Lorsqu'elle releva les yeux Eladimarhil était accroupit devant elle.

-Combien de fois devrais-je frapper cet homme?

Még sourit, mais ne prit pas la peine de répondre car elle venait de remarquer le geste de Silver. Elle le sonda rapidement pour s'assurer qu'il allait bien et perçu ses questions silencieuse.

-" Chaque vie à son importance, même celle des esclaves. J'aurais agis de la même manière si il avait s'agit d'un adulte. Bien sûre j'aime les enfants, mais ce n'est pas pour cela que j'ai sauvé celui-ci. Je les sauver parce sa mort n'était pas justifier. Cela peut te paraître dure à comprendre, mais un jour tu te rendra compte que personne ne naît par hasard et ne meurent pour rien."

La voie de Még avait repris sa contenance. Se redressant elle observa les esclaves qui emplissait encore la cour elle remarqua alors le bambin dont elle avait sauver la vie. Le petit garçon se tenait debout près de sa mère. Lorsqu'il remarqua que Még le regardait il accourut vers elle. Se baissant elle le souleva dans ses bras et le garda contre elle.

― « Ah. C’est lui, là. »

Még tourna la tête et observa l'insecte que Silver pointait à présent du doigt. Nonchalamment il s'approcha d'eux, hautain il les regardait de haut. Még se retint de lui faire ravaler sa fierté à coup de poignards. L'enfant qu'elle tenait dans ses bras enfouie son visage dans son coup en tremblant de peur.

« Je peux faire quelque chose pour vous, les chevaliers? »

Un tueur d'enfant qui se permet en plus de faire preuve d'arrogance envers des chevaliers de l'ordre. S'en était trop pour la jeune femme. Un grognement de frustration lui échappa, se mordant la lèvre inférieur de colère elle riva ses yeux à ceux de l'insecte. Pendant un instant il sembla surprit et hésitant puis se reprenant il bomba le torse. Elle ne lui faisait pas peur alors ?

Még agit avec vitesse sans laisser le temps au caporal de se défendre. Resserrant sa prise sur l'enfant elle envoya un puissant coup de pieds au niveau de la cage thoracique de l'insecte. Surprit se dernier se retrouva au sol avant d'avoir comprit se qui lui arrivait. Plaçant son genoux sur le poitrail d'Albro, puisque t'elle était son nom, elle dégaina l'une de ses dagues et la glissa à travers la cuirasse de l'insecte. La plaquant contre sa carotide. Les yeux du caporal exprimait maintenant de la frayeur.


-" Alors comme ça tu aime tuer des gamins, mais visiblement tu n'est pas capable de te défendre contre quelqu'un qui sait se battre, vraiment tu est pitoyable. Je vais être clémente pour cette fois et je me contenterais de te retirer ton grade de caporal, mais sache que si j'apprend que tu t'en ai encore prit à un enfant tu subira le même sort que tes victimes. Me suis je bien fait comprendre ?"

Avec dédain l'insecte hocha la tête en grommelant. Posant l'enfant au sol Még fit apparaître un boule de feu dans sa main et pressa un peu plus sa lame contre la gorge de l'insecte.

-" J'attend une réponse claire et formulé avec le respect du à mon rang. Si tu n'est pas capable de faire preuve de soumission envers tes supérieur tu ne sert à rien donc ... Tu meurt."

Les derniers mots avait été prononcer d'un ton froid et sans compassion, un sourire de prédateur fendait le visage de Még. Elle n'était peut être pas un chevalier qui aimait donner la mort, mais si cet imbécile lui en donnait une raison elle n'hésiterais pas une seconde.

-" Oui Madame, c'est comprit madame."

Még laissa l'insecte se relever même si elle savait qu'il ne tiendrait pas sa promesse. Elle l'observa partir à grande enjambé, un instant elle eu envie de laisser partir la boule de feu dans le dos de l'insecte puis elle se reprit se n'était pas une action digne d'un chevalier. Attaquer quelqu'un par derrière était lâche. Elle referma son poing faisant disparaître la boule de feu. Soupirant elle se tourna vers son frère d'armes et Silver.

-" Si l'un de vous apprend qu'il à recommencer faite moi le savoir je me ferait un plaisir de lui arracher sa carapace ... Je vais rentrer me reposer, tu devrais en faire de même Silver tu ne semble pas en forme."

Elle commença à marcher vers l'entrée lorsqu'elle hésita un instant. Elle se retourna et sourit.

-" Encore merci pour ton aide Elad."

Sur ce elle prit le chemin de sa chambre pour se délasser et reprendre des forces.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chers parents [Libre]

Revenir en haut Aller en bas

Chers parents [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Event] La forêt en Péril - Ils étaient de si bons parents ... [Libre]
» (m) Dylan o' brien - Le petit ami- libre et Négo'
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» Pas sur la neige...[Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chevaliers d'Émeraude 300 plus tard :: Lorsque le retard frappe! :: Rps avant le saut :: Irianeth-