AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
100 Hebergeur d'image

Partagez|

Boom, fit le tonnerre [Gwenola]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Boom, fit le tonnerre [Gwenola] Lun 19 Mar - 16:49

Un orage. Joie.

Silver ne mentait pas : il aimait bien les orages. Enfin, il préférait la pluie, et lors des orages, il y en avait, en veux-tu en voilà. Cela dit, il était un peu plus dangereux de sortir, avec tous ces éclairs. De toute façon, il n’avait pas trop le goût de prendre une trempette. Et puis, c’était la nuit…

Il détourna la tête de l’entrée, dans un grand soupir, puis se dirigea vers sa chambre, qui était à l’autre bout de la forteresse. Le jeune écuyer avait planifié un entraînement de soirée, avant d’aller dormir, mais avec toute cette pluie, il n’était plus dans cet état d’esprit. La dernière fois qu’il s’était entraîné dans l’eau, il avait attrapé un rhume, alors sous le tonnerre… Surtout avec ses épées métalliques et sans de soldats, trop effrayés par l’eau… Et puis, la plupart s’en allait se coucher. Il n’y avait que des gardes de nuit névrosés.

Silver passa à travers des salles de repos réservés aux soldats. Il y avait bien plus de monde que d’habitude, cette nuit-là… Ils semblaient tous inquiets. Était-ce à cause de l’orage? Ah! Quelle bande de trouillards! Ce n’était que des éclairs. Tant qu’on restait à l’intérieur, ou à l’abri… Il aurait pu les comprendre s’ils étaient obligés de faire le piquet dehors, mais ils avaient tous la chance de dormir en paix. Avaient-ils peur du noir? Avaient-ils peur des ombres que les éclairs causaient? Trouvaient-ils que l’orage était trop bruyant?

L’écuyer ricana en sortant de l’une de ces salles. Ah, qu’il était fier d’être un chevalier noir… (ou un futur chevalier, mais bon, il était tout de même mieux placé que tous ces pathétiques soldats). Il ne pouvait s’imaginer comment les soldats les plus vaillants devaient se sentir parmi ces pauvres insectes ― enfin, s’il y avait vraiment de bons soldats fidèles et forts, qui étaient aussi efficaces que l’Ordre. Bah, il devait bien y en avoir un ou deux. Des généraux, peut-être. Après tout, pour l’Empereur, la force et compétence surpassait la noblesse du sang. Il supposait donc que ses généraux étaient de très bons soldats.
Mais il ne connaissait pas vraiment l’armée obsidienne. Il ne connaissait que l’Ordre.

Le jeune homme s’arrêta devant une nouvelle sortie vers l’extérieur. La pluie était à son plus fort. L’orage ne se calmait pas. Tant pis… Il trouvera bien quelque chose à faire. Il n’était pas fatigué du tout.

Il s’arrêta par hasard devant la bibliothèque, avec quelques lueurs des torches parsemées ici et là. Y avait-il quelqu’un? Il crut voir un ou deux apprentis-sorciers. La place semblait assez déserte, ce qui ne devrait pas être étonnant. À part de l’élite, peu de gens lisaient sur Obsidienne. Tout de même, un soir comme cela… Peut-être les chevaliers étaient occupés? En tout cas, il savait que son maître l’était… en compagnie d’un autre. Tiens, que faisait Aemiliana? Était-elle en train de pleurer sous son lit? Elle devait certainement être terrorisée par le tonnerre!

Bref… Aussi bien de lire, au lieu de « juste attendre d’être fatigué ».

Il prit place à une des tables, un peu plus loin des apprentis, après avoir pris un roman. L’histoire commençait avec un résumé d’une guerre, où on était retourné à un statu quo, puis une scène d’amour, qui finissait avec la mort de l’amant et la femme perdant la tête, coupant des têtes de poulet pour pouvoir uriner dessus. Silver fit une moue indescriptible à la fin de cette introduction. L’absurdité lui semblait énorme et il espérait bien ne jamais avoir affaire à une telle personne, mais peut-être était-ce le style d’écriture qui le forçait à continuer la lecture… Ou peut-être était-ce la curiosité : est-ce que cette femme allait lancer ces poules sur des soldats? Est-ce qu’on allait la tuer? (ce qu’il espérait à tout prix)

Mais non, dans le premier chapitre, c’était une joyeuse famille en santé et sain d’esprit. Silver tourna la tête, puis se figea, presque par peur, mais surtout de surprise.

Il y avait une petite fille, une enfant de… quatre ans, peut-être? Que faisait-elle ici? (Était-elle réelle, au moins?) Elle semblait être une fée. Quelle… quelle surprise! U-une fée? Mais on en voyait si peu, par ici. Elles semblaient tous mourir de stress, terrorisées par l’atmosphère d’Obsidienne. Peut-être était-elle nouvelle ici? Et si jeune… peut-être était-elle une enfant d’esclaves? Qui sait, elle était peut-être née ici?

Silver referma son livre, puis se tourna vers elle, très curieux. Il remarqua alors qu’elle portait cette robe de nuit que les élèves de l’Ordre recevaient des sorciers : était-elle une élève? Une fée, vraiment? Très étonnant! De ce qu’il savait d’elles, elles étaient excellentes en magie, mais avaient une faible constitution, et n’étaient donc pas très fortes. Elles étaient incapables de porter des armures lourdes et avaient de la misère avec les épées ― en plus d’être tout à fait allergiques à la violence. Elle devait avoir de très grands dons en magie, pour avoir été acceptée dans l’Ordre… Et des pouvoirs offensifs. À moins que les sorciers pensaient qu’il serait utile d’avoir une guérisseuse?


― « Que fais-tu là? Tu devrais dormir, » lui demanda-t-il, avant d’entendre un coup de tonnerre, qui semblait un peu lointain ― la bibliothèque n’était pas située aux extrémités de la forteresse. Était-elle ici parce qu’elle avait peur de l’orage? Ah, les fées… Quelles idiotes. Ne devaient-elles pas adorer la nature? Ouais, peut-être qu’elle était ici pour une raison tout à fait différente…
Revenir en haut Aller en bas
Gwenola
Écuyère d'Obsidienne.
avatar

Messages postés : 266
Date d'inscription : 15/03/2012
Âge : 30

MessageSujet: Re: Boom, fit le tonnerre [Gwenola] Lun 19 Mar - 17:54

Le tonnerre gronde, des éclairs zèbres le ciel éclairant par intermittence la chambre de la gamine et créant des ombres cauchemardesques au coin des murs. Serrant sa peluche contre elle la petite Gwen se recroqueville sous sa couverture. Elle laisse toujours ses rideaux entre ouvert pour que la lune éclaire sa chambre, mais en cette sombre soirée les nuages cache l’astre nocturne. La pluie frappe la fenêtre sans répit. Rien ni fait la petite ne trouvera pas le sommeil même en faisant tous les efforts du monde. En douceur la petite ce glisse hors de son lit et pose ses pieds nues sur le sol de pierre. Serrant sa peluche dans ses bras elle enroule sa couverture en poil sur ses épaules. Vêtue de sa chemise de nuit blanche s’arrêtant à ses genoux, sa couverture de peau blanche sur le dos et son petit éléphant gris dans les bras, elle jette un œil discrètement dans le couloir. N’étant pas sûr d’avoir le droit de vadrouiller en plein nuit elle se glisse le plus silencieusement possible hors de sa chambre. A pas de souries elle traverse diverse couloirs avant de se retrouver devant une salle bondée. Gwen a grandi dans cette forteresse elle en connait chaque recoins, c’est pourtant la première fois qu’elle se retrouve devant une salle de repos aussi remplis. Restant près de la porte elle observe un instant cette agitation puis soudain un éclair la rappelle à la réalité. Se retournant elle observe le ciel, mais plus rien, seul la pluie continue de tomber. Faisant la moue la petite se dirige vers la bibliothèque, puisqu’elle ne peut pas profiter des salles de détente qui sont bondé, elle espère que la salle du savoir soit vide, … ou presque. Il y a des apprentis magicien en train d’étudier. Gwen les connait, étant la seul élève d’Obsidienne à l’heure actuelle elle aime les regarder s’exercer pour plus tard essayer de les copier.

― « Que fais-tu là? Tu devrais dormir. »

Sursautant Gwen se retourne, penchant la tête sur le côté elle observe son interlocuteur et s’apprête à lui demander qui il est alors qu’un nouvel éclair zèbre le ciel. Se précipitant vers la fenêtre la gamine saute sur la table et colle ses mains sur le carreau pour observer le ciel. Rien que des nuages chargé d’eau. Se laissant glisser à genoux les mains toujours sur le verre froid la petite observe encore un instant la voute céleste. Ce n’est pas juste, c’est vrai qu’elle à peur du noir, mais les éclaires la fascinent, ces décharges d’énergie envoyé sur terre par les Dieux … Est-ce vraiment les Dieux qui les envoient d’ailleurs ? Ce tournant vers le garçon l’ayant interpellé elle lui sourit et récupère sa peluche qu’elle avait lâchée sur le livre du garçon dans sa précipitation. Serrant son éléphant contre elle, elle observe le jeune homme de ses grands yeux verts.

Je n’arrivais pas à dormir à cause de l’orage alors je suis venue lire un peu, enfin c’est ce que je voulais faire, mais tu peux peut être répondre à ma question plutôt que je cherche la réponse dans un livre. Dit est ce que c’est les Dieux qui créent les orages ? Tu crois qu’un humain est capable de créer la même décharge d’énergie que celle qui tombe du ciel ? »

Curieuse Gwen veut toujours tout comprendre et tout savoir, mais dans sa précipitation elle n’a pas bien regardé son interlocuteur, c’est alors qu’un nouvel éclair illumine le jeune garçon lui faisant place et son sang se glace. Il porte la tenue des écuyers d’Obsdienne, il doit donc savoir qu’elle n’a rien à faire ici à une heure pareille. Affolé la petite sers sa couverture autour de ses frêle épaules.

Tu diras pas hein ? Que je suis sortis de ma chambre en plein nuit, ils vont me punir si ils l’apprennent, je veux pas que les sorciers me punissent ils sont méchants quand ils sont en colère. »

Se rappelant sa dernière punition la petite frissonne en serrant un peu plus son doudou dans ses bras. Ce n’est pas qu’elle veut être désobéissante, mais elle n’y peut rien elle est trop curieuse.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


tristesse espoire colère combat amour
Mes roses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Boom, fit le tonnerre [Gwenola] Lun 19 Mar - 23:20

La jeune fillette l’ignora superbement, jetant son éléphant en peluche sur son livre pour s’élancer vers la fenêtre.

Non mais quel culot! Comment osait-elle l’ignorer comme cela? Il était écuyer, elle devait au moins lui obéir! Peut-être pas… « obéir », mais répondre à sa question! Si elle pensait pouvoir s’échapper juste en l’ignorant, elle se trompait grandement! Non mais! Elle n’était pas différente des autres filles, elle, fée ou pas, elles se pensaient toutes les plus jolies et meilleures que les autres! Elles se croyaient tout permis! Enfin, il y avait bien des exceptions, mais c’était comme si l’Ordre avait décidé que, pour être un bon futur chevalier, il fallait se penser bonne!

La fée réapparut dans son champ de vision, toute souriante toute rayonnante, reprenant son animal. Et elle avait le culot de lui sourire… Ah! Il s’imaginait qu’au moins, elle n’était pas peureuse. Peut-être que c’était ça que les sorciers avaient vu en elle… Il fallait admirer ça!


― « Quoi? » dit-il, après qu’elle lui ait bombardé de questions. « Les orages sont un phénomène naturel, voyons, tout le monde sait cela! » répondit-il, en haussant les épaules de manière prétentieuse, exprimant un peu de déni. Silver n’arrivait pas à comprendre qu’elle n’était qu’une petite fille, et que les petites filles (et garçons…) ne comprenaient pas tout ce qu’ils voyaient, et cherchaient les explications les plus évidentes qu’ils pouvaient trouver ― comme dans ce cas-ci, les dieux. Était-il lui-même comme cela? Il ne s’en souvenait pas. Peut-être se demandait-il tout haut ce qui se passait et le sorcier de beau-père qu’il avait lui expliquait sèchement les choses.
Tiens… il réalisa qu’il ne pourrait pas expliquer ce « phénomène naturel ». C’était juste de l’électricité, pour lui, il n’y avait rien d’intéressant là-dedans. Comment ça se produisait… Il savait juste que ce n’était pas les dieux qui le faisaient, ou du moins, pas tout le temps… Présentement, il était plutôt convaincu que c’était un orage naturel.


― « Les humains, huh… »marmonna-t-il, songeant à la deuxième question de la petite. De mémoire, il ne connaissait que Ryuka, le chevalier de la foudre, qui pouvait créer des éclairs. Il y avait bien eu cet éclair rouge lors de la cérémonie d’attribution, causé par l’Empereur, mais c’était plutôt de la sorcellerie, et il doutait que c’était un vrai éclair, comme ceux dans le ciel présentement. « Il faudrait que tu demandes à Ryuka, il contrôle la foudre. Ou à Mai, ha ha ha! » finit-il par répondre, éclatant de rire. Oh oui, si quelqu’un pouvait dire si Ryuka pouvait faire des décharges électriques aussi fortes que les orages, c’était bien elle, ha ha ha! Hum… Si elle était toujours en vie, cela voulait certainement dire que les éclairs de Ryuka n’étaient pas si puissants que cela… ou que son sang d’insecte l’a transformé en cafard, ha ha ha!

Eh… hum… Oui, bon, elle ne pouvait pas trop comprendre pourquoi il riait ainsi, hum? (C’était probablement mieux ainsi; il n’avait pas trop le goût d’avoir Mai sur le dos parce qu’il riait d’elle. Les autres filles, ça passait, mais une folle avec des griffes…)

Un éclair se fit alors dans le ciel, l’aveuglant un instant. Lorsque ses yeux se réhabituèrent à la noirceur, il remarqua que la jeune fille semblait terrorisée, s’agrippant à sa couverture et à sa peluche. Silver pencha la tête sur le côté, ne comprenant pas trop ce qui se passait. Peut-être… peut-être qu’elle connaissait Mai? Était-elle horrifiée par lui, riant de son amie? Ou peut-être avait-elle déjà vu les colères de Ryuka, et voulait se tenir le plus loin possible de lui?

Mais non, elle avait juste peur des sorciers. Pfeuh…

Il se retourna vers les apprentis, assis un peu plus loin. Un le regardait, le regard lourd de reproches. Ouais, ouais, c’était une bibliothèque, et? L’écuyer reporta son regard sur la petite fille.
« Je ne parle jamais aux sorciers, ils ne m’intéressent pas. » Surtout l’amant de sa mère… Lui, il ne voulait rien savoir de lui. Le moins qu’il le voyait, le mieux qui se portait. Peut-être était-ce parce que sa mère était toujours autour de lui…
Et Chryséïs, pff, comme si elle s’en fichait… Il n’y avait qu’une seule personne qui pouvait dénoncer la jeune fillette.
« J’espère que les apprentis là-bas ne connaissent pas ton nom, hum? Eux, ils pourraient te dénoncer… » rajouta-t-il, un peu lentement, comme s'il voulait se faire menaçant. C'était vrai qu'il aimait bien faire peur aux filles, les provoquer un petit peu, mais il n'était pas si méchant que cela (ou plutôt, il ne voulait pas être SI méchant que cela).
Revenir en haut Aller en bas
Gwenola
Écuyère d'Obsidienne.
avatar

Messages postés : 266
Date d'inscription : 15/03/2012
Âge : 30

MessageSujet: Re: Boom, fit le tonnerre [Gwenola] Mar 20 Mar - 8:03

Un phénomène naturel ? Ho ça ce n’était pas drôle comme réponse, beaucoup trop terre à terre pour cette petite fille qui aimait rêver et inventer des histoires. De plus le garçon se montra vraiment prétentieux en répondant, Gwen retroussa son petit née de mécontentement. Ha il se montrait prétentieux, mais n’avait pas réponse à tout. Ryuka ? La gamine l’avait déjà croisé, mais il faisait un peu peur, il avait toujours l’air en colère et il était grand, … Si grand. Mais si lui était capable de contrôler l’électricité comme le supposait le jeune homme alors rien ne prouvait que l’orage ne fût pas l’œuvre des Dieux. De toute façon la réponse de l’écuyer ne la satisfaisant pas Gwen irait chercher dans un livre des quelle en aurait l’occasion, mais pas devant le garçon, elle ne voulait pas le vexer.

Gwen pencha la tête de côté, pourquoi est-ce qu’il rigolait comme ça, elle tourna la tête de tous les côtés, mais ne trouva rien d’amusant, elle croisa le regard d’un des apprentis sorcier qui avait relevé la tête de son livre et leur lançait un regard accusateur, la petite rougis légèrement. C’est vrai après tout ils se trouvaient dans une bibliothèque, … heu que lui avait dit son enseignent par rapport à ça ? Ah oui : « La bibliothèque est un lieu de savoir et d’étude ou le silence est roi !» Elle se remémora son ton solennel et cela manqua de la faire rire. Se mordant la langue elle se retint de justesse.

Les sorciers n’intéressaient pas le jeune homme ? Etrange ils sont pourtant puissant, on n’a plein de chose à apprendre à leur contacte du moins c’est ce que dit la servante qui a élevé la gamine. Les apprentis ? Ho zut elle avait oubliez qu’il la connaissait. Penchant la tête de côté pour observer les autres occupants de la pièce. Non. Aucuns risque qu’ils la dénoncent, bon d’accord ils savent tous qui elle est, mais elle aime les observer travaillé et eux aime avoir un public, de plus parfois ils prennent le temps de lui montrer comment copier certains de leurs sort facile à reproduire. Soudain elle se rappela ce que le garçon venait de lui dire. Il ne dirait rien. Trop contente la petite sauta dans ses bras pour lui faire un câlin, puis se rappela qu’elle ne le connaissait pas.
Se reculant rapidement Gwen baissa la tête en devenant rouge de honte et marmonna.


Je suis désolé, … Heu merci de pas me dénoncer c’est gentil.»

Osant le ver les yeux, elle lui fit un sourire timide.

Ho fait moi je m’appelle Gwenola, mais je préfère Gwen et toi c’est comment ton prénom ?»

La petite s'assit en tailleur sur la table et posa sa peluche entre ses jambes, resserrant sa couverture autour d'elle pour ne pas avoir froide elle se mit à observer la pièce en détaille. Elle n'était venue que très rarement ici, sa mère adoptive même si elle n'était plus censé s'occuper d'elle le lui interdisait disant qu'il y avait des ouvrages qu'elle n'avait pas à lire vue son jeune âge, elle lui apportait donc dans sa chambre les ouvrages qu'elle jugeait digne de la petite. Il y avait tant de livre, aurait elle assez d'une vie pour tous les lires ?

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


tristesse espoire colère combat amour
Mes roses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Boom, fit le tonnerre [Gwenola] Mar 20 Mar - 17:24

La jeune fée lui fit toute une série d’émotions, passant du mécontentement à de la gêne, avec des petits rires, montrant toute son innocence. Silver devait le dire, il était assez fasciné par cette créature. Elle était très différente des autres demoiselles de la forteresse, et le jeune homme n’était pas très sûr si cela était dû à sa race, ou si cela était dû au fait qu’elle était toute nouvelle (dans tous les sens du terme). Lorsque cette fillette aurait… quoi, neuf ans, peut-être même treize, aurait-elle toujours ce petit air innocent? Serait-elle aussi expressive? Serait-elle naturelle, autrement dit? Non, probablement pas. Lorsqu’elle deviendrait écuyer, elle allait devoir apprendre, comme tous ceux de sa génération, la discipline, le silence et le devoir de prouver sa valeur. Elle allait devoir se montrer forte, et l’innocence était un signe de faiblesse. Par contre, face à l’ennemi, ce serait sûrement une très bonne chose. Surtout contre les humains d’Enkidiev, qui avait cette réputation d’avoir l’esprit faible et d’avoir trop de compassion.
Et pourtant…

Le reprenant par surprise, la petite fille sauta dans ses bras, se collant à lui. Silver figea. Et n’arriva pas à penser, non plus. Parce que… elle faisait quoi, là? Elle… c’était… quoi? Elle essayait de faire quoi, au juste? Était-ce un truc de fée ou de gamin? Lui, il ne s’était jamais élancé dans les bras de quelqu’un. Bon sang, s’il avait osé faire ça sur sa mère, il serait mort! Et le sorcier, il n’y penserait pas! Sa mère détestait qu’on la touche sans permission, ou du moins, de sa part.

La petite fée recula aussi subitement qu’elle l’avait « attaqué », s’excusant rapidement. Silver était toujours bouche bée par ce qu’elle venait de faire. C’était au-delà de sa compréhension, à ce moment-là.


― « Euh, je… De rien… » répondit-il, confus. Non, vraiment, il n’était pas habitué à ce genre de gentillesse. Il y avait bien Mégara, mais la chevalier ne s’exprimait pas comme cette fée. Cette petite fille était bien différente. Vraiment, toute une expérience, c’était… assez fascinant, il fallait le dire.

― « Gwenola? C’est un beau nom, ça, » répondit-il un peu mécaniquement, comme par réflexe ― après tout, c’était toujours poli de dire ce genre de chose ― mais Silver le pensait tout de même. Il n’était juste pas habitué à être gentil avec les autres, probablement. Et puis, il avait appris la politesse à la dure, de façon répétitive. Ou peut-être qu’il se cherchait juste des excuses. Ce qu’il n’avouerait jamais, bien entendu.

― « Va… Euh, on m’appelle Silver, ici. Écuyer de Chevalier Caerys. Celle qui euh… a des ailes. D’oiseau. » répondit-il, un peu péniblement, ayant tout d’un coup perdu toute son assurance. Il avait l’impression d’être perdu, pris au piège, mais il n’arrivait pas à comprendre pourquoi. Il ne comprenait pas pourquoi il était aussi confus, pourquoi il avait l’impression de perdre le contrôle de cette situation. Après tout, ce n'était qu’une enfant, une fée, quoi, rien de terrorisant, elle n’était même pas une menace pour lui, mais il avait l’impression d’avoir des sueurs froides, ce qui ne lui était jamais arrivé encore. La seule chose qui le terrorisait au plus haut point, c’était les araignées. Peut-être était-ce parce qu’il n’avait jamais parlé à une plus jeune que lui (ou avec une telle différence d’âge). Il ne savait pas trop comment se comporter avec une enfant. Il ne savait pas c’était quoi leurs réactions, il ne savait pas comment ils pensaient. Cela devait être cela. Il faisait face à de l’inconnu, pur et dur. Ou peut-être était-ce…

― « Tu connais les hommes-oiseaux, n’est-ce pas? » rajouta-t-il, ne sachant pas à quel point Gwenola était nouvelle. Connaissait-elle toutes les races d’Obsidienne, les hommes-lézards et les hommes-oiseaux, qu’on ne voyait pas aussi souvent que les insectes et les humaines? Avait-elle déjà vu un homme-oiseau et leurs ailes, ou pour elle, un être ailé, c’était une fée? Vu qu’elle était élève, il était convaincu qu’elle ne connaissait pas Caerys. (D’ailleurs, connaissait-elle Ryuka? Il était tout de même connu, avec son caractère « dévastateur »). Et d’ailleurs, s’il lui disait que son maître avait des ailes d’oiseau… Ah, elle allait sûrement s’imaginer des ailes de pigeon ou de colibri, ou n’importe quel petit oiseau « mignon » du genre!
Oh, et puis, si elle aimait s’imaginer des trucs impossibles, aussi bien la laisser faire, n’est-ce pas?
Revenir en haut Aller en bas
Gwenola
Écuyère d'Obsidienne.
avatar

Messages postés : 266
Date d'inscription : 15/03/2012
Âge : 30

MessageSujet: Re: Boom, fit le tonnerre [Gwenola] Mer 21 Mar - 19:21

Le jeune homme balbutia, comme si il était troublé. La petite ne compris pas, d’habitude lorsque quelqu’un vous fait un câlin il y a deux réactions possible soit la personne apprécie et vous rend votre tendresse soit la personne vous repousse. Du moins c’est le point de vue de Gwen, c’est la première fois que quelqu’un réagit de t’elle manière à un de ses aillent d’amour.

Gwenola un beau nom ? Moi j’aime pas c’est pas jolie j’aurais voulu connaitre le nom que mes parents avaient choisies pour moi. »

Comme à chaque fois qu’elle est perplexe la petite fronce son petit nez. Elle n’aime pas beaucoup son prénom, il a été choisi par la sorcière et elle aimerait savoir celui que ses parents lui auraient donné s’il en avait eu le temps. Le ton du garçon n’était pas très naturel et la petite faillit lui demander s’il se moquait d’elle. Mais finalement elle se dit que non peut être qu’après tout il n’était pas habitué à être gentil.

Silver ? C’est un surnom hein ? Tu dis que c’est comme ça qu’on t’appelle ici mais c’est pas le prénom qu’on ta donnée quand tu es née non ? Moi j’aime bien Silver ça va avec tes yeux c’est jolie et puis si tu veux pas dire ton vrais prénom c’est ton droit il est à toi et à personne d’autre. »

Caerys ? Caerys … La petite ce creusa un instant la tête pour se souvenir. Elle avait bien croisé une fois une femme avec des ailes, mais elle ne l’avait pas approché, la femme était avec le chevalier Ryuka et il lui faisait un peu peur.
Les hommes oiseaux oui bien sûre qu’elle les connait … Enfin dans les livres comme tout le monde non ? A part les livres elle n’a pas vraiment le droit de sortir seule, elle a déjà vue des hommes lézards et des hommes oiseaux dans la cours, mais n’a jamais pu s’en approcher et sa l’attriste. Garder dans un cocon par sa mère adoptive elle ne peut rien faire seule du moins elle ne pouvait rien faire seule, maintenant qu’elle est élève elle a un peu plus de liberté, mais pas trop.


J’ai déjà vue le chevalier Caerys, mais de loin elle était avec le chevalier Ryuka et il fait peur. Elle n’est pas entièrement une femme oiseau non ? Je veux dire elle est …. Heu … Hybride ? C’est comme ç a qu’on dit ? Parce que dans les livres les hommes oiseaux sont dessinés avec un bec et des plumes sur tout le corps. »

La petite réfléchit, elle savait qu’en tant que fée elle aussi aurait des ailes plus tard, mais pas les même d’après sa mère adoptive. Elle n’aurait pas de plume sur les siennes et puis elle ne les garderait pas, la sorcière avait été claire et net on lui enlèverait dès qu’elles pousseraient.

Moi aussi je vais avoir des ailes, mais la servante a dit qu’elle ressemblerais plus à celle d’un papillon, mais qu’elles seraient transparentes comme celles des libellules. De toute façon la sorcière a dit qu’on me les enlèverait dès qu’elles seraient là. »

Un frisson d’horreur parcouru l’échine de la gamine et elle leva un regard suppliant sur le garçon, elle espérait qu’il répondrait à sa question. Personne ne voulait rien lui dire sur le retrait de ses futures ailes et elle craignait plus que tout qu’on lui fasse mal, atrocement mal.

Comment on les enlèvent ? Hein, dit tu sais comment on retire les ailes des fées ? On ne les arrache pas j’espère, sa doit faire horriblement mal. »

A son âge la douleur effraie plus que tout. Sans sens rendre compte chaque phrases de la petite portait minimum une question voir plus. Rien d’anormal, curieuse de nature elle affiche le même tempérament que tous les enfants de son âge et veut tout savoir sur tout.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


tristesse espoire colère combat amour
Mes roses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Boom, fit le tonnerre [Gwenola] Mer 21 Mar - 20:44

Le nom que ses parents avaient choisi…? Elle était… Elle avait donc été kidnappée? Si ses parents étaient d’ici, il y aurait certainement eu un esclave ou un soldat qui les auraient connus. Silver savait que certaines personnes, dans l’Ordre même, avaient été enlevées, arrachés d’Enkidiev et de leurs familles ― dont sa propre mère. Lui avait vu le jour sur ces terres. Il ne comprenait pas vraiment comment tous ces gens devaient se sentir ― surtout lorsqu’il voyait que la plupart de ces gens exprimait un dégoût d’Enkidiev et ne voulait pas y retourner. S’il venait à être kidnapper, il ne rêverait que de revenir chez lui, même si ses ancêtres venaient d’Argent. Cela dit, si cette fille ne connaissait pas son vrai prénom… Elle ne devait certainement avoir aucun souvenir de ces terres. Ainsi, elle ne devait pas avoir le goût de « retourner chez elle », puisque sa maison, c’était ici.
Même si c’était une maison assez dure et peu… familiale, disons.


― « Et tu crois que tu préférais le nom de tes parents, même s’il était moins beau que Gwenola? Et si c’était justement cela, le nom qu’ils avaient choisi, tu l’aimerais soudainement? » soupira-t-il, trouvant tout de même ce genre de raisonnement un peu stupide. Si elle n’aimait pas son nom à ce point… eh bien, elle n’avait qu’à se trouver un surnom, n’est-ce pas? Un peu comme lui ― même s’il ne détestait aucunement son nom, ce n’était qu’un jeu d’hasard. Et ce n’était pas lui qui avait choisi son surnom. Hum… « Tiens, je vais t’appeler Blanche, à moins que tu préfères Petite fleur » Il était tout de même généreux, non? Il lui laissait le choix, et il avait pris des noms qui tombaient dans les goûts des fées. C’était mieux que de lui imposer un nom comme Bison d’argile, n’est-ce pas?
Et quelque chose lui disait qu’en toute parfaite ironie, elle préférait mieux quelque chose de ridicule comme cela.


― « Oui, c’est un surnom. On me l’a donné justement à cause de mes yeux. » confirma-t-il. Eh oui, un simple surnom qui lui plaisait bien, après tout. Il se demanda néanmoins comment on était arrivé à lui donner un surnom comme cela, et comment tout le monde semblait ignorer son vrai prénom. Même les sorciers avaient finalement adopté ce surnom, probablement parce que personne ne réagissait à son vrai prénom. Élève, il était un peu plus froid avec les autres, ne saisissant pas trop sa situation, et comme il était le seul à ne pas vouloir dire son prénom, on avait fini par le surnommer « Silver ». Mais, dans le fond, est-ce que cela dérangeait vraiment qu’on l’appelle par son vrai nom?
C’était juste que tout le monde le connaissait par cela.


― « Mon vrai nom, c’est Varsa, mais personne dans l’Ordre le connait. Si tu demandes à parler à un certain « Varsa », ils vont tous te prendre pour une folle. Il n’y a que ma mère et l’autre sorcier qui connaissent mon vrai nom, » lui expliqua-t-il alors, ne voulant pas qu’elle se fasse des idées. Il ne détestait pas son nom, bien au contraire! Il ne voulait pas que les gens ne le sachent pas ― du moins, plus maintenant… ― c’était juste qu’il était habitué à son surnom. « Tu es mieux de l’oublier, d’ailleurs. Ce n’est pas très important, après tout. Retiens Silver, » lui conseilla-t-il, bien qu’il avait la petite impression, toute infime, insignifiante, que la petite fée n’allait pas l’oublier de sitôt, et qu’elle allait même s’amuser à lui sauter dessus en criant « VARSA, VARSA! » dans de grosses foules, et que tout le monde allait les regarder en se disant qu’ils étaient fous ou louches. Mais bon, cela ne devait pas vraiment le déranger, n’est-ce pas?
Pour une raison qu’il lui échappait, il n’était pas trop chaud à l’idée de l’avoir dans ses pattes en présence des autres écuyères. Aemiliana et Mai allaient tout faire pour rendre sa vie misérable si elles le voyaient avec la petite fée. Et ça, il le savait d’avance, il ne pourrait non seulement jamais s’en sortir, mais il ne saurait même pas comment se défendre contre elle ― et lui, perdre contre ces filles!? Jamais! Même pour cette seule et unique concession, il devait être supérieur à elles en tout point! (Et les autres, ils ne faisaient même pas d’efforts pour se démarquer…)


― « Hybride…? Oui, c’est comme ça qu’on dit pour les métisses, mais… » Est-ce que Caerys était une hybride…? Il était presque sûr qu’on lui avait dit qu’elle était une sang-pur, mais il devait tout de même accorder raison à la jeune fée : on parlait souvent de l’homme-oiseau avec un bec, les yeux d’aigles, parfois même avec des ailes à la place des bras. Par contre, s’il prenait le maître de sa mère, il n’avait pas de bec, même s’il avait des griffes et des pieds difformes. Il n’était pas complètement recouvert de plumes, mais il en avait certainement plus que son maître chevalier. Peut-être que Gwenola avait raison… Mais il ne pouvait pas le confirmer, et Silver était plutôt sûr qu’elle était une sang-pur. « Il faudrait que tu lui demandes, j’imagine. » Pour sa part, il n’était pas vraiment intéressé par la pureté du sang de son maître. Si elle était une femme-oiseau à part entière, tant mieux, et si elle était une hybride, cela ne changeait pas grand-chose dans sa vie.

― « Ah oui? » s’exclama-t-il, surpris. Vraiment, il était surpris : pourquoi les fées ne gardaient-elles pas leurs ailes? Il savait bien qu’elles étaient différentes, mais si les hommes-oiseaux avaient leurs ailes, pourquoi pas les fées? Peut-être était-ce dû au fait qu’elles n’étaient pas dans leur habitat naturel? Il n’avait jamais vu une vraie fée, et encore moins une avec des ailes, mais il savait qu’elles étaient plus faibles physiquement que les autres races, étant plutôt des créatures magiques. L’environnement d’Obsidienne s’était amélioré, mais les conditions de vies étaient toujours aussi stressantes… L’écuyer avait déjà lu sur les fées, et il savait que leurs terres sur Enkidiev étaient non seulement très différentes de celles de l’Empire noir, mais elles étaient aussi uniques sur le continent ennemi. Peut-être que chez elles, elles pouvaient utiliser leurs ailes sans problème, que leurs terres avaient un petit quelque chose de magique pour les aider, mais que ici, si elles gardaient leurs ailes, elles risqueraient de mourir…? Peut-être devrait-il demander à Chryséïs…

― « Franchement, j’en ai aucune idée. Je ne connais rien aux fées, je ne savais même pas qu’elles ne pouvaient pas garder leurs ailes, » avoua-t-il en haussant des épaules, tandis que d’autres coups de tonnerres s’imposaient. « Ça doit sûrement être un truc magique, ou peut-être… » Hum. Si c’était les sorciers qui devaient s’en occuper ― ce qui était sûr et certain, qui d’autre pourrait le faire? L’Empereur? Il n’avait pas de temps à perdre avec des élèves! ― cela risquerait d’être assez douloureux, en effet. Si c’était un procédé naturel féérique, elle ne devrait pas être en danger, les fées ne sont pas masochistes, après tout, mais si les sorciers les « arrachaient », comme elle le pensait, cela risquerait d’être assez douloureux, et non pas pour un court moment.
Il ne put s’empêcher de penser à Mai, pour cela.
Et ça, il ne lui souhait pas, en aucun cas. Même s’il n’aimait pas vraiment les enfants, il ne voulait pas que cette petite souffre. Même s’il ne savait pas pourquoi…


― « Euh… Dis, est-ce que tu as déjà lu sur ton pays d’origine? Qu’est-ce que tu connais sur les terres des fées? Est-ce que… est-ce que tu aimerais y aller, toi? » demanda-t-il, voulant changer de sujet. Il ne voulait pas vraiment lui faire peur et lui dire qu’elle risquerait de souffrir pendant des mois de temps à cause de ses ailes. De toute façon, comme il l’avait déjà, il n’y connaissait rien : peut-être qu’il s’inquiétait pour le rien, et que la procédure pour enlever les ailes des fées était tout à fait sécuritaire et bénéfique pour les fées… et surtout sans douleur.
Revenir en haut Aller en bas
Gwenola
Écuyère d'Obsidienne.
avatar

Messages postés : 266
Date d'inscription : 15/03/2012
Âge : 30

MessageSujet: Re: Boom, fit le tonnerre [Gwenola] Jeu 22 Mar - 8:45

Gwen ne savait pas si elle aurait préféré le prénom que ses parents avaient prévu pour elle, mais elle aurait bien aimé le connaitre quand même. Non elle ne se mettrait surement pas à aimer Gwenola juste parce que ce serais le nom que ses parents lui auraient choisi.

Je sais pas si j’aurais préféré le nom de mes parents, mais si c’est eux qui on choisit Gwenola ben je trouve pas sa jolie. »

Blanche ou petite fleur ? C’est rigolo, mais elle aimait bien les deux peut être qu’il accepterait de l’appeler petite fleur blanche. Hon et puis non c’était trop long.

J’aime bien les deux alors tu peux m’appeler par celui que tu préfères. »

Un grand sourire s’afficha sur le visage de la gamine.

Elle était sûr que Silver était un surnom et elle avait vu juste on ne pouvait lui avoir donné que à cause de ses yeux argenté. C’était joli comme surnom. Ha tient son prénom c’est Varsa, mais pourquoi personne ne le connait ? C’est bizarre, enfin ici les gens ne sont pas très curieux si même Caerys ne connait pas son vrais prénom c’est que ça n’a pas d’importance. Sa serais rigolo de débouler en plein milieu d’un entrainement des chevaliers et de l’appeler Varsa devant tout le monde … et puis non parce que d’abord elle est timide alors elle n’aurait jamais le courage d’attirer ainsi l’attention sur elle et puis parce qu’il préférait qu’elle l’oublie ce qui était impossible soit dit en passant, mais elle pouvait toujours faire comme si.

La petite fut un peu déçue d’apprendre qu’il ne savait pas comment on lui retirerait ses ailes, mais après tout personne ne pouvait tout savoir et puis elle devait être une des seules fées sur Obsidienne alors la question des ailes ne s’était probablement jamais posé. Occultant ses doutes pour ne pas sombrer dans la peur la petite décida de ne plus y penser.

Le pays des fées ? Oui elle avait lue des millions de choses déçu depuis qu’elle savait qu’elle était née la haut.


Oui j’ai lu des livres sur ce pays. On dit que les animaux qui y vivent ne craignent pas les hommes car les fées ne leurs font jamais de mal. Il y a de grandes forêt et des fleurs immenses. On dit que le château du roi et de la reine est protégée par la magie des fées et qu’il ne se dévoile au regard des hommes que selon le bon vouloir des fées. Il parait qu’il est magnifique et que les objets sont tous magique, ils se déplacent de pièce en pièce. D’après les livres les fées passent leur temps à s’amuser. »

Tout en parlant la gamine essayait de s’imaginer ce royaume ou elle aurait pu grandir. Pour une enfant de son âge sa ressemblait un peu au paradis ou du moins à l’image que l’on pouvait s’en faire.

Non je veux pas y aller ce n’est plus chez moi et puis même si j’ai grandi ici je suis pas chez moi non plus. »

Une pointe de tristesse perça le cœur de la petite elle n’était nulle part chez elle. Depuis que la sorcière l’avait enlevé elle n’avait plus aucun chez elle.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


tristesse espoire colère combat amour
Mes roses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Boom, fit le tonnerre [Gwenola] Jeu 22 Mar - 20:46

Silver était complètement intrigué par ce royaume de fée, qui, à l’entendre parler, sonnait comme un paradis. Des châteaux magiques, des paysages immenses, un monde tout à fait paisible et pacifique, où tout le monde avait le temps de s’amuser… C’était tout à fait le contraire d’Obsidienne. Cela dit, la nature des fées et des insectes étaient à l’extrême opposé de chacune de l’autre. Les insectes ne broutaient pas l’herbe, et les fées étaient végétariennes de nature. Il ne pouvait s’imaginer ces êtres manger ne serait-ce que la moindre once de muscle. Le sang des animaux devaient certainement les empoisonner, ou du moins les rendre malade. Si leur constitution était si faible comme on le disait, elles ne pouvaient certainement pas digérer la viande. Hum… Est-ce que cette petite fleur arrivait à manger de la viande? Est-ce qu’elle mangeait des produits dérivés des animaux, comme des œufs ou du lait? Peut-être qu’il pourrait en apprendre plus sur cela dans les livres. Il était presque certain d’avoir entendu dire qu’elles adoraient les sucreries, ainsi devaient-elles tolérer ces produits. À moins qu’elles n’aimaient pas les gâteaux et les biscuits?
Peu importe. Il était dans une bibliothèque, s’il voulait en apprendre plus sur les fées, il n’avait qu’à lire! Il n’irait pas demander à la jeune élève, cependant; elle ne devait pas savoir grand-chose sur elles, si elle n’a même pas été élevée par des fées.


― « Pourquoi pas? Moi, j’aimerais bien visiter le royaume d’origine de ma mère. Juste par simple curiosité, de voir ce que ma vie aurait pu être, de voir comment mes ancêtres ont grandi. Tu n’as pas la moindre once de curiosité? » lui demanda-t-il, franchement surpris. Vraiment, peut-être était-ce parce qu’il ne s’était pas fait kidnappé, qu’il était né sur Obsidienne, mais il ne comprenait vraiment pas pourquoi les gens exprimaient ce dégoût de leurs terres d’origine. Peut-être était-ce parce qu’ils leur en voulaient, qu’ils étaient fâchés que leurs peuples d’origine ne les avaient pas sauvé? Tout de même, il lui semblait qu’ils auraient tout de même voulu retourner chez eux… Et elle, cette petite fille qui n’avait aucun souvenir d’Enkidiev, n’aurait-elle pas été curieuse de voir sa vie d’antan? Silver penserait que, justement, parce qu’elle ne connaissait rien sur ses origines, sur son identité, elle aurait voulu y aller.

― « Et pourquoi tu ne te sens pas chez toi ici? Est-ce que c’est parce que les terres d’ici sont dures et sans-pitié? » supposa-t-il. Après tout, les fées étaient très douces et gentilles. Obsidienne ne tolérait pas ce genre de comportement, ou du moins, lui laissait peu de place. Il était vrai que l’Empire noir était tout le contraire de la nature de Gwenola, mais tout de même, pour considérer cet endroit « étranger », pour ne pas s’y donner une appartenance… Peut-être était-ce dû au fait que ces terres étaient son royaume natal. Même à cela, il avait passé toute sa vie ici, et il avait plein de souvenirs reliés à la forteresse. C’était vrai que Gwenola était très jeune, mais elle devait tout de même se sentir chez elle ici, non? Et puis… « De toute façon, tu fais partie de l’Ordre, maintenant. C’est vrai que si on déménageait, on aurait une appartenance toute autre, mais tu appartiens tout de même au groupe. Tu peux même considérer l’Ordre comme une famille. »

Hum. Cela lui sembla plutôt faible. S’il prenait sa famille à lui, qui consistait en sa mère, un ou plusieurs demi-sœurs et frères (il n’était pas trop au courant) et le père de ces enfants… disons que cela ne lui dérangerait trop de s’en débarrasser. Cela dit, la comparaison marchait tout de même : c’était des gens qu’on n’avait pas choisi, avec qui on grandissait avec toute notre vie et qui, inévitablement, prenait de l’importance dans notre vie. On ne les aimait pas tous, on préférait certains membres, mais ils étaient tout de même là, et on avait un certain devoir de s’entraîder. « En tout cas, moi, je serais là pour toi, si t’as euh… » Silver toussota. Il tourna la tête sur le côté, ne voulant pas regarder la jeune fée. Un peu gêné, il rougit légèrement, ne sachant plus trop quoi dire. « Euh, enfin, tu vois ce que je veux dire! »
Revenir en haut Aller en bas
Gwenola
Écuyère d'Obsidienne.
avatar

Messages postés : 266
Date d'inscription : 15/03/2012
Âge : 30

MessageSujet: Re: Boom, fit le tonnerre [Gwenola] Sam 24 Mar - 12:00

Pourquoi ? Tient elle trouvait ce mot agacent dans la bouche des autres, elle qui l’utilisait à tour de bras, elle se prit à penser que certaines chose ne prêtait pas à justifications. Elle se promit, à l’avenir, de réfléchir avant de l’employer. Mais puisque Silver voulait savoir, il allait bien falloir qu’elle arrive à formuler ce que son cœur lui disait. C’est étrange, mais la plus part du temps quand on ne veut pas aller quelque part ou faire quelque chose, on n’a du mal à en expliquer la raison aux autres, nous on sait qu’on ne veut pas, mais on ne peut pas expliquer pourquoi. Et la réponse parce que n’est pas vraiment satisfaisante.

Je suis curieuse et j’aimerais bien voir le royaume des fées aussi, mais j’ai peur, peur de m’y plaire et de ne plus vouloir revenir. Ou peut-être de croiser quelqu’un de ma famille. Même si je suis arrivé ici alors que j’étais bébé et qu’il y a peu de chance que les autres fées me connaissent ça me fait peur. »

Réfléchissant Gwen trouva enfin ce qui lui faisait vraiment peur dans l’idée de visiter le royaume des fées.

Je sais que je suis différente et je crois que j’ai peur de me rendre compte à quel point je ne suis pas humaine en rencontrant ceux de ma race … Je suis surement la seule fée sur Obsidienne et je sais que tout le monde a des à priori me concernant alors je pense que j’ai peur de voir à quel point les gens ont raison en me pensant trop faible pour devenir chevalier. »

Baissant la tête elle regarda un instant son doudou avant de planter ses yeux vert dans ceux de Silver.

Je suis sûr que même toi tu me pense incapable de porter une arme et de me battre lorsque j’en aurais l’âge. »

Il y a longtemps que le regard que les habitants du château lui portaient, lui avait fait comprendre cela. Et chaque jour elle s’efforçait de prouver le contraire, mais plus le temps passait plus elle commençait à croire qu’ils avaient raison à son sujets. Le doute commençait à creuser un gouffre dans son cœur.

Je ne peux pas me sentir chez moi dans un endroit où les gens me regardent comme si je n’étais pas comme eux. Les terres n’ont rien à voir avec cela, ce sont les autres qui me donne l’impression d’être une étrangère, pourtant tout comme eux j’ai grandi ici. »

Il était difficile de penser que les membres de l’ordre étaient sa nouvelle famille, elle n’avait aucun contact avec eux et avant Silver elle n’avait jamais parlé à qui que ce soit qui en face partis. Peut-être était-ce due au faite qu’elle était la seule élève après tout. Les enfants n’avaient pas de contact avec les chevaliers avant d’être écuyer alors peut-être se sentirais elle plus chez elle lorsqu’elle serait en âge d’avoir un maitre pour la former.

Lorsque Silver reprit la parole Gwen faillit éclater de rire, le voir ainsi mal alaise et en train de rougir était assez comique. Mais même si il se montra maladroit ce qu’il dit à la petite lui fit chaud au cœur. Elle se jeta de nouveau dans les bras du garçon et referma ses petit bras autour de son coup en déposant un baisé sur sa joue avant de venir nicher son petit nez dans son coup.

Merci »

Lui souffla-t-elle à l’oreille.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


tristesse espoire colère combat amour
Mes roses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Boom, fit le tonnerre [Gwenola] Mar 27 Mar - 17:16

[j'viens de me rendre compte que j'ai oublié de poster .______________.]

― « Normal, les fées sont les plus faibles physiquement. Elles sont aussi d’une nature très pacifiste. Personne ne les considérait comme des combattantes! » expliqua Silver, sans se soucier si cela allait la blesser ou non ― et puis, de toute façon, elle devait faire face à la réalité. Si elle ne voulait vraiment pas être une fée « normale », elle n’avait qu’à se forcer et prouver à tout le monde qu’ils avaient tord! « C’est tout simplement impossible pour une fée de se battre comme de vrais chevaliers. Une fée avec de grosses armures, un bouclier de fer, une grande épée… Elle s’écraserait sous le poids! Il va falloir que tu apprennes à être très agile et te battre sans armure, avec une dague ou une rapière. » Il haussa des épaules, comme pour montrer comment il s’en foutait un peu, de toute façon. Tout le monde avait une façon différente de se battre, à ce qu’il sache. Lui-même n’utilisait pas les boucliers. Et puis, tant que le soldat tuait et survivait, le reste, ce n’était pas important, hum? « Bah, tu deviendras sûrement l’écuyer de Cendre. Ils ont tous plein d’estime pour elle et pourtant, elle n’est pas de la cavalerie lourde! »

Il se pencha par la suite vers l’avant, s’approchant un peu de la jeune fée. « La force des fées, c’est leur magie. Si on t’as choisi pour rentrer dans l’Ordre, c’est parce que tu dois avoir de grands talents en magie. Ce n’est pas n’importe qui qui devient élève. Même s’ils seraient les enfants de l’Empereur, s’ils ne présentent pas de vrais talents, ils ne seraient même pas considérés. » Il recula un peu, alors que d’autres éclairs fendaient le ciel. Il regarda ailleurs, un peu songeur. Il marmonna tout bas; il disait cela, mais quand il pensait aux filles de sa génération… Enfin, il supposait qu’elles avaient certains aspects de positif… même s’il y en avait beaucoup de négatif. Peut-être moins Mai, peut-être plus Aemiliana. Et cette dernière se battait avec une dague… Ah! Il espérait que Gwenola devienne l’apprenti de Cendre plutôt qu’elle. La chevalier de l’air était respectée, au moins, et avait même l’estime de l’Empereur! Personnellement, Silver ne l’avait jamais vu se battre, mais à entendre parler les soldats, elle était redoutable. Comparé à la petite rouquine… « De toute façon, si tu n’arriverais pas à te batter correctement, tu pourras toujours devenir une apprentie-sorcière. Au moins, c’est sûr que tu seras très puissante, niveau magie! »

La petite fée semblait sur le point d’éclater de rire, ce qui agaça Silver. Il était tout de même assez mature pour ne pas se croiser les bras avec une moue, mais… il était assez difficile de se retenir. Elle sauta sur lui ― il eut un mouvement de recul, mais ne pouvait pas se débattre ― et colla ses lèvres sur sa joue, ce qui le fit froncer des sourcils. Il toussota de gêne et d’agacement, puis la replaça sur la table, n’étant pas très confortable avec ce genre de… de… chose! Non, non! Il… non! Il ne voulait pas aimer ça! Il était un soldat, pas une nounou! « Tu, euh… » Il toussota une autre fois. « Tu dois être fière d’être de l’Ordre. Tu es même supérieure à tous les esclaves et beaucoup de soldats, juste en étant élève! Dans quelques années, tu seras l’élite d’Obsidienne, c’est normal que les gens soient jaloux de toi. Pour l’instant, ils en profitent parce que tu n’as que… » Il s’arrêta un moment, réalisant soudainement que, en fait, il n’avait aucune idée de quel âge cette fillette pouvait avoir. Il avait l’impression qu’elle n’avait que quatre ans, mais elle avait plus de vocabulaire que cela. Même si elle serait d’une grande famille noble, avec des tuteurs très instruits (ce qu’il savait que ce n’était pas le cas), elle semblait bien plus intelligente qu’une fillette de quatre ans. Enfin bon― « Ah! Peu importe ton âge, ils vont le regretter dans sept ans, quand tu seras écuyère! » Enfin… normalement! Silver était tout de même optimiste, il espérait bien que cette jeune fée devienne une grande magicienne, mais il pouvait très bien y avoir un ou deux accidents de parcours… Il pourrait toujours essayer de… l’encadrer, pour ainsi dire, pendant ces prochaines années. Il suivait lui-même des leçons privées avec la sorcière suprême, qui avait des dons magiques si impressionnants. Même s’il agissait comme si ces cours étaient de son niveau et qu’il pouvait les faire sans problème, il devait tout de même avouer que c’était assez difficile d’être l’étudiant de Chryséïs. Cela rapportait tout de même gros, il estimait. Peut-être que bientôt, il pourra contrôler pleinement sa vitesse surnaturelle? (Ah, si seulement il pouvait contrôler un élément! … mais elle ne voulait pas.) C’était peut-être être trop prétentieux de s’estimer capable de « l’encadrer » dans sa magie, mais rien ne l’empêchait de l’essayer, n’est-ce pas?

― « Dis-moi, quels sont tes pouvoirs? Tu es bonne, en télépathie, télékinésie, guérison…? »
Revenir en haut Aller en bas
Gwenola
Écuyère d'Obsidienne.
avatar

Messages postés : 266
Date d'inscription : 15/03/2012
Âge : 30

MessageSujet: Re: Boom, fit le tonnerre [Gwenola] Mar 27 Mar - 19:09

Doucement Silver reposa Gwen sur la table, il semblait vraiment embarrasser ce qui arracha un sourire à la petite. Elle se promit au plus profond elle de prouver que les fées pouvaient être d’aussi bonnes guerrières que les humains. Elle porterait l’armure comme les autres chevaliers et se battrait à l’épée, elle serait plus rapide, souple et agile et elle compenserait ses lacunes par sa magie. Elle ne voulait pas devenir apprentie magicienne. Elle avait été choisie pour être un futur chevalier, elle serait chevalier.

Je maitrise très bien la télépathie et l’empathie, mais ça c’est un pouvoir de fée d’après les apprenties sorciers. Mes autres pouvoirs je l’ai maitrise pas encore, mais on m’a dit que c’était normal qu’à mon âge j’étais trop jeune. »

Après tout elle était élève pour apprendre et elle s’appliquait elle recevait même des ‘’cours ‘’ particuliers de la part de certains apprentis sorciers. Elle avait le temps d’apprendre, ce n’était pas demain qu’elle deviendrait écuyère après tout. Elle ne l’avouerait pas à Silver, mais des fois depuis la fenêtre de sa chambre elle l’observait, ainsi que les autres adolescents, pendant qu’ils s’entrainaient et elle reproduisait leurs mouvements. Fluidité et rapidité. Elle serait la meilleure ou rien.

Tu connais les autres écuyers et tous les chevaliers ? Moi je veux devenir aussi forte qu’eux et je ferais tout pour. J’ai entendue dire que sur Enkidiev lors de la dernière guerre il y avait des femmes fées dans l’armée et qu’elles avaient été aussi voir plus douées que les humains. Alors je serais la meilleure. »

Sautant de la table avec la souplesse d’un chat la petite se campa fièrement devant l’écuyer, les poings sur les hanches elle lui fit un large sourire. Elle se retint de lui sauter au coup une nouvelle fois ne voulant plus le mettre mal alaise. Elle s’apprêtait à prendre la parole et à lui montrer ses talents de futur guerrière lorsque la porte de la bibliothèque s’ouvrit à la volé venant claquer sur le mur de pierre.

Les apprentis sorciers se retournaires furieux vers la nouvelle venue. Sourcils froncé, mains sur les hanches une femme d’une quarantaine d’année aux longs cheveux noirs et aux yeux bruns la dévisageait sévèrement. Un frisson parcouru l’échine de la petite, horrifiée elle se cacha derrière le dos de Silver.

C’est ma mère adoptive. » Murmura-t-elle.

La femme s’avança à grands pas vers la table ou se tenait la petite et l’écuyer. Furieuse la servante empoigna Gwen par la main et la secoua comme un prunier.

Il tes interdit de quitter ta chambre sans autorisations, tu devrais le savoir espèce de petit démon. Combien de fois devrais je te dire que tu n’as rien à faire seule dans les couloirs du château et encore moins dans cette pièce. Ses livres ne sont pas pour toi. »

Elle criait tout en secouant la petite, le visage rouge de fureur. Elle avait surement due se faire réprimander par ceux qu’elle servait et passait sa colère sur Gwenola. La petite avait fini par si habituer, depuis qu’elle était devenue élève le comportement de sa mère adoptive avait changé envers elle.
Baissant la tête Gwen hésita, puis se souvint des paroles de Silver. Elle était plus importante qu’une servante. Relevant son petit menton, elle prit un air volontaire.


Je suis désolé d’avoir désobéi, mais je ne vois aucunes raisons de m’interdire l’accès de cette pièce et puis je ne suis pas seule je suis avec l’écuyer Silver. »

Tournant la tête pour désigner le jeune homme elle ne vit pas la claque arriver et se reçue une gifle magistrale, laissant l’empreinte de la main de la servante sur sa joue. Horrifiée elle se dégagea vivement pour se cacher de nouveau derrière l’écuyer, tentant de ravaler ses larmes elle resta caché jusqu’à ce que sa mère adoptive quitte la pièce d’un pas furieux. Les larmes se mirent alors à couler silencieusement sur ses joues, serrant sa peluche dans ses bras, les jambes tremblantes elle finit par s’agenouiller sur le sol et éclata en sanglots.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


tristesse espoire colère combat amour
Mes roses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Boom, fit le tonnerre [Gwenola] Sam 7 Avr - 21:43

Hum… Silver ne se souvenait plus très bien de ses années en tant qu’élève. Enfin, si, il se souvenait d’être le meilleur, le plus intelligent, le plus rapide (mentalement, mais physiquement aussi, certes), et d’être si doué qu’il devint même l’élève privé de la sorcière suprême, bien que c’était bien parce qu’il avait cherché à le devenir. Certes, ses pouvoirs n’étaient pas parfaits, et ils ne l’étaient toujours pas, n’étant pas un maître de la magie comme sa professeure, mais ils avaient toujours été relativement plus stables que les autres. Cela dit, il savait qu’il lui arrivait d’embellir les choses, surtout que c’était il y a plusieurs années. C’était assez difficile de se rappeler des choses de son enfance, même si cela faisait peu de temps qu’il avait quitté son enfance. Après tout, la nostalgie embarquait, et les enfants n’étaient pas aussi développés que les adultes… (Bon, il n’était pas encore un adulte, mais il n’était pas un enfant.)
Cela dit, le fait qu’il avait eu un sorcier comme figure paternelle, disons que cela a aidé pour ses pouvoirs. Quand on avait un « parent » qui vous disait de faire ci et ça, et vous corrigeait à la moindre respiration, on n’avait pas le choix d’être meilleur que les autres.


― « T’inquiètes, je t’aiderais à stabiliser tes pouvoirs, ce n’est pas si difficile que cela, après tout, » lui rassura-t-il, avec un air un peu prétentieux, bien que la véritable intention de Silver était bel et bien d’être gentil avec elle. Ce n’était juste pas dans les habitudes du jeune homme, et il disait tout avec un air supérieur. Que voulez-vous, c’était dans sa nature, tout simplement! (Ce n’était pas de sa faute s’il était meilleur que tout le monde!) « De toute façon, les fées sont toujours meilleures en magie que les autres, tu n’auras pas de problème à ce niveau, j’en suis sûr. »

Tout d’un coup, un grand vacarme annonça la venue d’une nouvelle personne, qui dérangea énormément les apprentis, à en juger par leur réaction. Silver n’avait pas vu la personne, puisque la porte était de son dos. L’écuyer n’eut pas à se déplacer, puisqu’une servante vint se placer devant lui, tandis que Gwenola se cachait dans son dos, terrifiée. Le jeune homme la dévisagea longuement, aucunement impressionné, le menton confortablement installé sur sa main, son deuxième bras pendant légèrement avec appuis sur le premier. Il semblait terriblement ennuyé, comme s’il allait s’endormir ainsi placé. La domestique agrippa le jeune fillette, la brutalisant assez sévèrement, au point que Silver se redressa, mais voilà que la fillette décida de se défendre. Elle s’était retournée vers lui, comme si elle cherchait du soutien de sa part, Silver ne sut comment le décrire, mais la servante la gifla haut et fort. Effrayée, la jeune fée s’étala à terre, pleurant tout son soûl.

― « Servante― »
― « Servante, comment OSEZ-vous nous déranger! Ceci est une bibliothèque, ceci est un lieu de HAUT savoir, et d’un GRAND intellectuel! Les domestiques comme vous n’ont rien à faire ici, surtout si c’est pour déranger nous, les apprentis, qui ont besoin d’un PARFAIT silence, d’une concentration TOTALE, et d’un espace PUR! Vous n’avez rien à faire ici! Je vais en parler à mes supérieurs, et ils vont vous punir, et je vais vous punir, et mon confrère va aussi vous punir, et vous allez le regretter, et je vous défends de me répondre, vous avez fichu mes études en l’air, je vais devoir tout recommencé à cause de vous, et je―
― « Bon, allez, on s’en va, marmonna Silver, en prenant Gwenola et sa peluche dans ses bras, tandis que l’apprenti-sorcier continuait de joyeusement réprimander la servante, son confrère apprenti complètement déboussolé. L’écuyer passa sans problème autour d’eux, le trio étant trop occupé à s’engueuler comme du poisson pourri. Il soupira, trouvant toute cette scène longue et ennuyeuse, bien qu’il savait qu’elle devait certainement être dure pour la petite fée. Il se devait tout de même avouer être surpris : la journée où il était devenu élève, ses relations avec sa famille étaient devenues assez inexistantes. Il écrivait des lettres pour sa mère, et elle en faisait pareil, et c’était pas mal cela. Leurs lettres constituaient surtout en des insultes, elle étant jalouse que son fils ait un meilleur statut et une meilleure réputation qu’elle, lui n’ayant aucun respect pour cette femme qui, apparemment, était devenue amoureuse de son maître.

Silver arriva dans les dortoirs des élèves, où il avait passé plusieurs années de son enfance. La place n’avait pas vraiment changé. De toute façon, il n’y avait rien à changer, rien n’était personnalisé ici. Lorsqu’il était élève, il amenait parfois un livre, et il trouvait parfois des lettres de sa mère sur son lit, mais sinon, rien ne différenciait son lit des autres. Cette fois-ci, il n’eut aucun problème pour trouver la place de Gwenola, les draps étant défaits. L’orage sonnait toujours aussi fort dehors, mais il était plutôt convaincu que la petite fée n’aurait aucun problème pour s’endormir, après ce qui s’était passé. Sans mots, il déposa la fillette sous les draps, puis plaça sa peluche à côté d’elle.

Puis il resta planté là, tout bêtement. Il ne le cacherait pas, en temps normal, il aurait juste fichu le camp; pourquoi rester? Qu’elle s’endorme, c’est tout! Mais en même temps, normalement, il ne serait même pas venu ici. Il l’aurait juste renvoyé dans son lit, sans prendre la peine de voir si elle le ferait. Même que, normalement, il ne lui aurait à peine adressé la parole, trouvant tous les enfants stupides et remplis de morve. Mais elle, c’était différent, et il ne comprenait pas vraiment pourquoi. Peut-être parce que c’était une fée.

Il finit par s’asseoir sur le lit, décidant d’attendre qu’elle s’endorme. Il n’y avait personne qui passait par ici, les domestiques croyant toutes que les enfants dormaient bien dur. Il n’avait aucune chance de se faire prendre, et même à cela, il pourrait très bien se défendre en disant que Gwenola s’était échappée et qu’il tenait personnellement à s’assurer qu’elle allait dormir.

Il soupira, un peu pour chasser son malaise, son anxiété, une certaine peur, nervosité, puis observa la jeune fée, qui elle aussi le dévisageait.
« Bon… euh… je te verrais demain matin, là tu dois dormir, il est presque minuit, » marmonna-t-il, mal assuré, passant une main dans sa chevelure. Il détourna le regard, puis la regarda à nouveau. Elle avait les yeux fermés, mais il ne savait pas si elle s’était déjà endormie. Il attendit un bon moment, puis lorsqu’il jugea que c’était long, se leva tranquillement, essayant de ne faire aucun bruit. Lorsqu’il vit qu’elle ne bougeait pas, il se pencha légèrement sur elle, pris d’une impulsion, puis déplaça une mèche de ses cheveux qui s’était logée sur ses lèvres. Il réalisa ensuite ce qu’il venait de faire, paniqua un peu, mais comme elle n’en fit rien, il sourit, et quitta la pièce, la laissant dormir.
Revenir en haut Aller en bas
Gwenola
Écuyère d'Obsidienne.
avatar

Messages postés : 266
Date d'inscription : 15/03/2012
Âge : 30

MessageSujet: Re: Boom, fit le tonnerre [Gwenola] Dim 8 Avr - 10:25

― « Servante, comment OSEZ-vous nous déranger! Ceci est une bibliothèque, ceci est un lieu de HAUT savoir, et d’un GRAND intellectuel! Les domestiques comme vous n’ont rien à faire ici, surtout si c’est pour déranger nous, les apprentis, qui ont besoin d’un PARFAIT silence, d’une concentration TOTALE, et d’un espace PUR! Vous n’avez rien à faire ici! Je vais en parler à mes supérieurs, et ils vont vous punir, et je vais vous punir, et mon confrère va aussi vous punir, et vous allez le regretter, et je vous défends de me répondre, vous avez fichu mes études en l’air, je vais devoir tout recommencé à cause de vous, et je―

L'apprenti-sorcier hurlait a s'en casser la voie, Gwen tentait vainement de se calmer mais il faut avouer que les cris du jeune homme ne l'aidait pas. Elle n'entendis pas Silver parler, mais lorsqu'il la pris dans ses bras elle se pelotonna t'elle un petit chat contre lui, enfouissant son visage dans la tunique du garçon. Elle ne fit pas attention au chemin qu'il prenait mais lorsqu'enfin il la déposa dans son lit et lui tendit son éléphant elle se roula en boule dans la couverture. Ses larmes s'était taris laissant des traces brillantes sur ses joues et le contour de ses yeux légèrement rouge. D'un revers de manche elle essuya son visage et posa ses grands yeux verts sur la garçon qui se tenait toujours prêt de son lit. Elle ouvrit la bouche pour le remercier, mais il fut le premier à prendre la parole.

« Bon… euh… je te verrais demain matin, là tu dois dormir, il est presque minuit. »

Gwen ferma les yeux tout en gardant à l'esprit l'image de Silver. La respiration de la petite se calma jusqu'à devenir à peine perceptible. toute fois lorsque l'écuyer repoussa l'une de ses mèches elle ne dormait pas encore. Elle garda les yeux fermer et écouta ses pas lorsqu'il quitta la pièce. Ouvrant les yeux elle regarda la porte se refermer derrière lui.

« Merci ... grand frère. »

Elle se retourna dans son lit et serra sa peluche contre elle, dehors l'orage n'avait pas cesser, mais étrangement le bruit et les éclairs qui éclairaient à intervalle régulier sa chambre ne lui faisait plus peur. Et lorsqu'enfin elle s'endormit un doux sourire éclairait son visage.

[RP TERMINE]

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


tristesse espoire colère combat amour
Mes roses:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Boom, fit le tonnerre [Gwenola]

Revenir en haut Aller en bas

Boom, fit le tonnerre [Gwenola]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Le tonnerre gronde, la pluie tombe, j'en suis heureuse....[Légende Japonnais]
» Gwenola. Larbrouss.
» le Tonnerre
» Apprenti-guérisseur du clan du Tonnerre || -> Ébène
» Patte de tonnerre | 30 Sept.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chevaliers d'Émeraude 300 plus tard :: Lorsque le retard frappe! :: Rps avant le saut :: Irianeth-